balearic_minorca_ciutadella_2

  Minorque(île d'origine du grd père maternel de l'auteur,Antoine Bosc )                                                                                                         
En 1830 l'accueil du corps expéditionnaire Français dans l'île est chaleureux, Mahon devient un point d'appui entre la France et l'Algérie se transformant en hôpital et base de ravitaillement des troupes (vins, huile, oranges, légumes, primeurs et poissons)...et de nombreux mahonais s'installent déjà aux abords d'Alger (Kouba, Hussein-Dey) pour cultiver fruits et légumes. Ils retrouvaient dans les jardins abandonnés par les Maures des cultures très voisines de celles qu'ils avaient laissées dans leur île, voir des procédés comme l'irrigation par les norias qu'ils connaissaient de tout temps pour les avoir eux mêmes appris des ancêtres de ces Maures.
Il se développe aussi un commerce actif entre Minorque et la nouvelle colonie qui maintient constamment de nombreux vaisseaux transportant des passagers. On dénombre entre 1830 et 1836 l'émigration de 9500 minorquins vers l'Algérie sur une population totale de 38983 dans l'île. Mais à cause d'une grande concurrence des travailleurs, ils commencèrent à ne plus trouver d'emploi et obtinrent de l'administration des concessions à l'Est d'Alger. Dés 1845, les Mahonais s'aventurent dans le domaine de la Rassauta et créent le village de Fort-de-L'Eau.
Quelques années plus tard, toute la région était cultivée. Malgré l'insalubrité de la région, diverses circonstances favorables comme : l'existence de bonnes terres, l'eau abondante, la proximité avec Alger provoquèrent l'expansion de la colonisation. De cette manière, à partir de 1853, vont surgir sur le terroir environnant une série de villages (Rouîba, Aîn-Taya, Réghaîa, l'Alma...) qui transformeront complètement le paysage central de l'Algérie.

Voir video sur Minorque ▼