Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Algerazur
Visiteurs
Depuis la création 928 763
Archives
14 octobre 2007

Le chanteur de l'exode-"Enrico"

Num_riser0007Disque_enrico_2_Num_riser0002Dans ces premières années de l'exode,dans le froid des hivers et l'indifférence générale,un artiste pied noir  originaire de Constantine, a donné un peu de joie et d'espérance à nos anciens et c'est les larmes aux yeux que certains l'écoutaient alors.Sois en remercié enrico macias,ou plus simplement ..Gaston!J'ai eu le bonheur de le voir ,en concert,avec martial Ayela,dont tous les Algérois se souviennent.J'ai acheté ce disque en 1963!Enrico enregistrait sous son nom:Gaston Ghrenassia

Publicité
Commentaires
L
Bon nombre de Juifs reviennent chaque année en pélérinage,notamment à Tlemcen..
Répondre
G
je vais aller contre courant et me rendre impopulaire... je n'aimais pas beaucoup Enrico !<br /> Bonne journée
Répondre
G
Extraits de :<br /> http://www.constantine.free.fr/LaCulture/malouf.htm<br /> <br /> Enrico Macias, qui s'appelle en réalité Gaston Gnassia, naît le 11 décembre 1938 à Constantine en Algérie dans une famille juive. Il suit sa scolarité normalement tout en s'adonnant au plaisir de la musique, celui de la guitare en particulier.(Devint instituteur). Son père Sylvain est violoniste dans l'orchestre de Cheick Raymond Leyris, grand maître du malouf, musique arabo-andalouse spécifique du Constantinois.<br /> Cet ensemble unissait musiciens juifs et musulmans, et faisait communier toutes les communautés de Constantine dans une même ferveur.<br /> Dès l'âge de 15 ans, le jeune Gaston se retrouve dans cet orchestre prestigieux et devient rapidement l'éventuel successeur de Cheick Raymond.»<br /> « Raymond Leyris avait 48 ans lorsqu'il fut assassiné le 22 juin 1961 , d'une balle dans la nuque, sur le marché de Constantine. Le musicien était le symbole de cette ville. Elle comptait alors 40.000 Juifs sépharades, près de la moitié de sa population. Symbole du mariage des cultures occidentales et orientales, Raymond Leyris était né d'une Ardéchoise et d'un juif sépharade, adopté par une famille juive modeste. »<br /> « C’est de ce rocher et de cette musique que Raymond était emblématique. Et comme le Pont suspendu, symbole de la ville, passerelle entre ses rives aux contours déchiquetées, Raymond était un lien entre les communautés juive et musulmane que l’histoire était en train de séparer."<br /> Enrico qui tant veut revenir chanter en Algérie avant de mourir,s'en est vu barrer l'entrée par Bouteflika sous la pression des Islamistes,jusqu'à ce jour..<br /> Dès 1962 le F.L.N. avait retiré la nationalité algérienne aux juifs d'Algérie.
Répondre
Algerazur
Publicité
Algerazur
  • ce blog est dédié à ma marraine Renée,décédée à l'age de 23 ans ,qui repose au cimetière d'hussein dey sur cette terre d'algérie ou je suis né.ce sera un lieu d'échange et de souvenir
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Derniers commentaires
Newsletter
Publicité