DSC00411

Blida,''la petite rose''

 

 

C'est dans le sud de la Mitidja,à une cinquantaine de kilomètres d'Alger,que se situe Blida(son nom officiel est actuellement El Boulaida)la ville la plus importante de cette région.elle est située à 260 mètres d'altitude,au pied de l'Atlas Tellien(qu'on appelle ici Blidéen)sur la rive droite de l'Oued El Kébir(le grand)dont les eaux abondantes alimentent de nombreuses fontaines.
La ville fut fondée en 1553 par Ahmed El Kébir,avec le concours d'immigrands Andalous chassés du sud de l'Espagne par la Reconquista.Ils importèrent l'art de l'irrigation,la culture de l'olivier et l'artisanat de la broderie sur cuir.

A l'époque de l'occupation Turque,avant l'arrivée des Français,Blida était un lieu de plaisirs pour les Janissaires d'Alger ainsi que pour leurs chefs,les Raïs.(On appelait''Janissaires'',les soldats de l'infanterie turque,créée au XIVe siècle.Au début,elle était formée d'enfants enlevés à leurs familles ou fournis comme tribut par les peuples vaincus.Elevés dans l'islamisms,les janissaires relevaient directement du Sultan.Ils étaient redoutables par leur fanatisme et leur discipline) on appelait alors Blida''la Capoue musulmane'' et on la désignait même sous le surnom de Qahba,la prostituée.
En mars 1825,un terrible temblement de terre, détruisit la ville.Certains voulaient la reconstruire à 2 km de so sîte originel.Finalement elle fut rebâtie au même endroit.
Le 2 mars 1867,à la fin du Second Empire,Blida subit un nouveau tremblement de terre et on en profita pour abattre les murailles.
A la fin du XIXe siècle,la construction des voies ferrées contribua au développement économique et démographique de Blida.Premère grande station sur la plus importante ligne Algérienne Alger-Oran,elle devint même un carrefour ferroviaire avec la ligne(à voie étroite) qui partait de Blida vers Djelfa,au Sud,par Médéa et Boghari.Si bien que la population passa,de 13000 habitants en 1886(3600 français,plus du quart) à 45000 habitants en 1954 avec une majorité européenne.
Au milieu d'orangers,d'oliviers,de glycines,de jasmins,de mimosas et de bougainvillées,Blida était une des villes les plus agréables et riantes.Elle était justement surnomée ''la petite rose'',ce qui convenait beaucoup mieux que le surnom précedent.
Le coeur de la ville était(est toujours)autour de la place Clemenceau(anciennement Place d''Armes et de nos jours Place du 1er Novembre),entourée de maisons à arcades et ombragée par de hauts platanes.Mais son originalité vient ,de la présence,en son milieu,d'un Kiosque d'où sort un magnifique palmier(voir photo en tête de l'article)

Source:Jack Roussel(extrait)

Voir aussi (souce Notre journal) extrait → INFO_667_BLIDA_1_3

                                            

place_nuit_villes_blida_algeria_816129

La place de nuit

Un beau texte sur Blida →: Blida_Ernest_Mallebay

Belle video nostalgique ▼