Foggaras_unesco
                                                                                        

 Les Foggaras

Le 25 novembre prochain Alain Juppe ,maire de Bordeaux va inaugurer une station de metro à Blanquefort,qui s'appellera ''Timimoun''.(source:El Wattan) Blanquefort est jumelé avec Timimoun,mais peut être est ce en pensant à ces galeries creusées pour l'irrigation que l'idée a pris corps.......

Les régions algériennes de Touat et Gourara --qui couvrent une surface de la taille de la France (400 000 kilomètres carrés) -- font partie des régions les plus chaudes qu'il y ait sur la terre, avec des températures, pendant l'été, qui atteignent 50°. Les grands plateaux du désert sont entourés du Grand Erg Occidental, une océan de dunes de sable de plus de 2500 kms².

Le Touat et Gourara sont des oasis à Foggaras. Des galeries souterraines ont été creusées dans les couches des grés du continental intercalaire. Elles pénètrent dans la partie supérieure de la nappe et assurent l’écoulement de l’eau par gravité vers les dépressions basses ou sont plantés les palmiers. Ce sont des galeries drainantes, reliées au sol par des bouches d’évacuation suivant une technique archaïque qui remonte au 1 er millénaire de notre Ere. Le système est partie intégrante du paysage et de l’organisation sociale de la région. Les populations sédentaires de ces deux régions sont éparpillées dans une multitude de petits ksour Adrar et Timimoun en sont les capitales.

Les oasis disséminées sur ce vaste territoire survivent grâce aux eaux des nappes phréatiques. Ces eaux souterraines profondes viennent occasionnellement à la surface, les résidents creusant des puits dans ces coteaux aquifères et développant des réseaux souterrains pour irriguer les oasis. Cette méthode d'irrigation, appellée Foggaras, avait été créé à l'origine par les Babyloniens, les Perses et les Arabes, et est apparu dans les régions de Touat et de Gourara au 10ème siècle.

Historiquement, la distribution de l'eau par les foggaras a été déterminée en allouant à chaque propriétaire une contribution à la construction et à la maintenance du système d'irrigation. Les quotas d'eau étaient enregistrés dans des répertoires et transmis de génération en génération depuis 11 siècles.

Sources:Magharebia.com - unesco.org

En savoir plus,Voir:  UN SYSTÈME D’IRRIGATION ORIGINAL: