Camus_Albert_2   ABERT CAMUS, Prix Nobel 1957

                       FRANÇAIS D’ALGERIE ''Pied Noir''

Le discours que prononce Camus à Stockholm lors de la remise de son prix Nobel,le 17 octobre 1957, est d’une si grande importance que l’on pourrait en recommander la lecture, aussitôt après
le Premier Homme, son roman posthume, à ceux qui veulent s’initier à son œuvre. Camus tient d’abord à y souligner qu’avec lui, c’est un Français d’Algérie qui reçoit cette distinction mondiale. Il veut rappeler que parmi cette population, désignée sous le nom de « pied-noir » que l’on dit alors constituée de colons aisés et sans scrupules, il peut se trouver des êtres issus des milieux les plus pauvres et capables de faire honneur à leur pays et à l’humanité. Le Camus algérien est entièrement dans ce rappel (ou ce défi) et on l’y retrouve mieux encore que dans la fameuse réplique, d’ailleurs toujours tronquée quand on la cite, qui fut celle de Camus en réponse à des étudiants algériens résidant à Stockholm : « Entre ma mère et la justice, je préfèrerai toujours ma mère ». Ainsi raccourcie et trahie, la citation choquera les esprits les moins prévenus, parfois même dans l’entourage de Camus, et on devra attendre mai 2006 pour entendre un président de la République algérienne, Abdelaziz Bouteflika, déclarer que la préférence ainsi donnée par Camus à la mère traduit un sentiment vraiment et profondément algérien.

Source:Culture.fr

Lettre d'Albert Camus en 1957

 Biographie: Albert Camus - Wikipédia

Voir aussi (sur le site de Francine et Pierre Jean Cardona) :http://pierrejean.cardona.free.fr/jeunesse_de_camus.htm

Ici sur L'Algérianiste(d'aprés documents famille Cardona):Albert_Camus_sa_jeunesse

Discours de Suède →Albert_camus_discours_de_stockholm

voir aussi : http://litteranaute.blogspot.fr/2010/01/je-prefererai-toujours-ma-mere-la.html