gabin100

 

En septembre 1939, Gabin est mobilisé, et en février 1941, il quitte la France pour les États-Unis, refusant de tourner pour les allemands. Il y jouera dans deux films : La Péniche de l'amour et L' Imposteur, et fréquentera Ginger Rogers, ainsi que Marlene Dietrich.

Fin 1942, alors qu'il a tourné deux films aux USA, il veut s'engager dans les Forces Françaises Libres: «  Je ne pouvais pas rester les mains dans les poches, continuer à faire des grimaces devant une caméra en étant payé en plus, et attendre tranquillement que les autres se fassent descendre pour que je retrouve mon patelin » *. Il se heurte à nouveau aux réticences de l'armée qui l'envoie d'abord tourner un film de propagande en faveur de la France Libre (L'imposteur de Duvivier). Gabin revient ensuite à la charge et obtient enfin, en avril 1943, d'embarquer comme officier d'armes à bord de l'escorteur Elorn. Il s'agit de d'accompagner des pétroliers jusqu'à Alger. Son convoi sera la cible des avions de la Luftwaffe et il tremble de peur au milieu des flammes: "

A son arrivée Gabin  s'engage dans les Forces navales françaises libres.Il retrouve Alger bien différente de lors du tournage de Pépé le Moko, en 1936. La ville blanche grouille de politiciens de tous bords et de partisans gaullistes. Les Américains sont omniprésents et préparent le débarquement en Italie. Après avoir à nouveau refusé de faire le « clown » au théâtre des armées, Gabin est affecté comme instructeur au centre Sirocco,(cap Matifou ) l'école des fusiliers-marins, qui formait les marins français qui allaient par la suite se battre pour libérer la France , Il voudrait bien faire oublier son statut de vedette de cinéma afin d'obtenir une place dans le combat en Europe. Cette volonté de discrétion est mise à mal avec le passage de Marlène Dietrich à Alger, qui en profite pour aller embrasser son Français préféré.

 

010_marlene-dietrich-et-jean-gabin_theredlist

Jean Gabin et Marlène Dietrich

Le soir, Gabin prenait un petit bateau pour rejoindre Alger où elle l'attendait, L'actrice, très engagée contre les nazis, retrouvera ainsi Jean Gabin à plusieurs moments de la guerre (à Alger, puis en Alsace et en Allemagne).

Témoignage ici :Témoignage_Vincent_Viudes

Après son passage à Alger, il suit une formation de conducteur de tank. Plus tard, il servira comme chef de char. En 1945, il prend part à la libération de la poche de Royan et à la campagne d’Allemagne. Il est démobilisé en juillet 1945. Il est toujours resté discret sur ses faits d’armes.

Sources  :http://www.rbfm-leclerc.com/gabin.html

http://www.livresdeguerre.net/forum/contribution.php?index=22816

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-35008763.html

Centre sirocco :http://cdojaubert.canalblog.com/archives/2007/01/17/9569043.html