biou770

        L'oeil de Sainte Lucie

En Algérie, surtout sur la côte ,dans les familles,particulièrement celles ayant des racines siciliennes,on avait un oeil de sainte lucie!S'il perdait son éclat et devenait terne,on disait qu'il était mort.J'en ai toujours un que nous avons ramené et que je conserve précieusement.

Il s'agit de l'opercule d'un mollusque gastéropode dit turbinidé, genre de bigorneau appelé "biou" mais d'une espèce particulière puisque sa coquille n'est pas pointue comme la majorité des bious,mais..ronde .
Des scientifiques signalent la présence de coquilles et opercules du biou ou turbo en région Aquitaine sous la forme de fossiles datant de l'Oligocène. lien :
les fossiles de Langoiran
Cet opercule est en nacre orangée, magnifique, et sa forme l'a fait appeler
"oeil de Sainte Lucie" par les pêcheurs de la méditerranée. Ils le conservent comme porte-bonheur, associé à l'argent ou la prospérité puiqu'ils le glissent toujours dans leurs porte-monnaies, dans leur tiroir-caisse, porte-feuille, tirelire. Serti, il se porte en permanence comme bijou protecteur. Dans tous les cas il éloignera le "mauvais oeil"! Il existe d'autres espèces de mollusques fabriquant un très bel opercule spiralé d'un côté, nacré de l'autre et qui une fois poli et serti d'argent, or ou vermeil devient un superbe et peut-être extraordinaire bijou.

DSC00358

  mon oeil personnel

Sainte Lucie, la légende.

La mère de sainte Lucie souffrait d'une maladie incurable, mais lorsqu'elle fut guérie, Lucie distribua toutes leurs richesses aux pauvres. Ce geste irrita le fiancé de Lucie qui la dénonça comme étant une chrétienne convertie. Toutefois, le fiancé ne parvenait pas à oublier les beaux yeux de Lucie, si bien qu'elle s'arracha les yeux et les lui fit parvenir dans un plat. Après de nombreux sévices, elle mourut finalement d'un coup de poignard au cou. En Sicile, elle est considérée comme martyre et patronne protectrice des yeux. Elle est invoquée pour soigner les maux des yeux et de la gorge. On la représente portant un plat où reposent ses yeux et tenant dans l'autre main la palme des martyres.