Algerazur

30 novembre 2022

Joséphine Baker à Alger

1479119846Le 30 novembre 2021, Joséphine Baker entrait au Pantheon.....

Remember....
En 1931, la chanteuse et actrice Joséphine BAKER devient la marraine du RUA. (Racing Universitaire d'Alger)
A Paris, en novembre, elle dédicace une photographie au président de l’époque, Paul PERRIAU. Elle avait un véritable amour pour Alger. Elle l’avait découvert lors d’une tournée en 1931. En 1936, avec la chanson « Nuit d’Alger » elle lui rend hommage.
Elle part à Alger début 1941 avec Jacques Abtey, à qui elle offre une couverture : il devient « monsieur Hébert », son secrétaire artistique, et peut ainsi la suivre plus facilement lors de ses déplacements en Europe. L’artiste profite une fois encore de son statut pour passer les frontières sans encombre et faire circuler des informations « sous le manteau » – ou, en l’occurrence, sous ses sous-vêtements ! En effet, lorsqu’elle n’utilise pas des partitions pour transmettre des informations cryptées inscrites à l’encre invisible, Joséphine Baker n’hésite pas à cacher des informations dans son soutien-gorge. « […] mes passages en douane s’effectuent toujours dans la décontraction… explique-t-elle dans ses Mémoires. Les douaniers me font de grands sourires et me réclament effectivement des papiers… mais ce sont des autographes ! »
Joséphine Baker tombe malade en juin 1941 et reste hospitalisée au Maghreb pendant dix-neuf mois. Elle continue néanmoins de soutenir la France libre depuis son lit d’hôpital, où elle reçoit de nombreux militaires et diplomates, notamment américains, qu’elle tente de convaincre d’aider la France – il faudra attendre l’attaque de Pearl Harbor, menée par les Japonais le 7 décembre 1941, pour que les États-Unis prennent part au conflit. Alitée, c’est depuis sa chambre d’hôpital que Joséphine Baker assiste à la bataille de Casablanca en novembre 1942, lorsque les Alliés débarquent en Afrique du Nord.
le 23 mai 1944 elle s’engage dans les Formations féminines de l’Air comme « élève stagiaire rédactrice » . et est détachée en tant que « sous-lieutenant » auprès de l’état-major général Air qui l’envoie sur les différents théâtres d’opérations comme symbole d’une scène artistique française qui ne s’est jamais compromise avec l’occupant. Elle débarque à Marseille en octobre 1944, deux mois à peine après le débarquement des Alliés en Provence. Missionnée par le général de Lattre de Tassigny, elle suit l’avancée de la Première armée et chante dans les villes françaises libérées. Selon les circonstances, elle troque ses exubérants costumes pour un uniforme militaire.
1958,tournée en Afrique du nord. En Algérie elle chante pour le public et les soldats.

joséphine baker- alger 1944

Paroles de Nuit d'Alger
.Joséphine Baker▼
Oh, douce nuit d'Alger
Quand la brise se lève
Et caresse mon rêve
D'un parfum d'oranger
Je voudrais que le jour
Plus jamais ne se lève
Comme paraissent brèves
Les minutes d'amour
Je sens au fond de mon coeur
Une force qui m'attire
Tout me parle de bonheur
Chaque étoile est un sourire
Oh douce nuit d'alger
Quand la brise se lève
Et caresse mon rêve
D'un parfum d'oranger
Cachant la tête sous une aile
Les oiseaux se sont endormis
Dans l'air une fraîcheur nouvelle
Renait enfin voici la nuit
Oh douce nuit d'alger
Quand ta brise se lève
Et caresse mon rêve
D'un parfum d'oranger.

Posté par Algerazur à 06:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 novembre 2022

Le couple Limousin victime de la toussaint rouge...

La culture assassinée...

68 ans ont passé!

"Plus vous voulez que les hommes exercent eux-mêmes une portion plus étendue de leurs droits, plus vous voulez, pour éloigner toute emprise du petit nombre, qu'une masse plus grande de citoyens puisse remplir un plus grand nombre de fonctions, plus aussi vous devez chercher à étendre l'instruction."(Nicolas de Condorcet)
Voir:
  MEMOIRE_SUR_L_INSTRUCTION_PUBLIQUE

Voir aussi: Lettre_aux_instituteurs__Jules_Ferry

Entre le 1er novembre 1954 et fin 1962, 76 instituteurs sont morts en Algérie!!!!! Guy Monnerot ,originaire de Limoges fut le premier.......

Couple_Monnerot

Ce lundi 1er novembre 1954 à 7 heures sur la route qui va de Biskra à Arris, un car avance lentement. La voie est étroite, sinueuse. Dans le car, des Musulmans et deux Européens. Un jeune garçon de 23 ans et son épouse de 21 ans, des nouveaux mariés, Guy et Jeanine Monnerot, instituteurs auxiliaires à Tiffeflel.  Tous deux Limousins,en Algérie depuis trois semaines, ils ont profité du week-end pour visiter un peu la région. Le vieux car bringuebalant s’engage dans les gorges sauvages de Tighanimine… Guy Monnerot bavarde avec un personnage pittoresque dont l’élégance un peu voyante tranche avec la pauvreté des vêtements des autres passagers. Il porte un magnifique turban et un somptueux burnous. C’est Hadj Sadock, le Caïd de M’Chounèche, une petite localité des environs. Au kilomètre 77, la route qui surplombe le vide s’élargit, le chauffeur aperçoit un mince barrage de pierres au milieu du chemin. Au lieu d’accélérer et de bousculer le fragile obstacle, il stoppe. Un homme surgit à la portière, il est armé d’un vieux fusil allemand. L’homme somme le Caïd et les Monnerot de descendre du car. Une dizaine d’hommes entourent le car. Chihani Bachir, chef du groupe de rebelles, s’adresse au Caïd et lui demande s’il a reçu la proclamation du F.L.N. « de quel côté passes-tu ? Avec nous ou chez les Français ? » Hadj Sadok n’a qu’un rire méprisant pour ces « brigands » loqueteux, puis sèchement déclare : »Vous n’avez pas honte de vous attaquer à ces enfants…Ce sont des instituteurs, ils viennent pour nous aider… » Chihani Bachir marque le coup. Sadok, profitant d’un moment d’inattention, sort un pistolet de son baudrier de cuir rouge qu’il porte toujours caché sous sa gandoura. Sbaïhi Mohamed, l’un des hommes de Chihani, a surpris son geste. Il lâche une rafale de Sten en direction du Caïd. Le Caïd s’écroule atteint au ventre ; Guy Monnerot est touché à la poitrine et sa jeune épouse à la hanche. Les rebelles embarquent le corps de Hadj Sadok dans le car qui s’éloigne, laissant sur le bord de la route les jeunes gens moribonds. Une heure plus tard, l’ethnologue Jean Servier, le seul homme à n’avoir pas perdu la tête dans Arris encerclé, est mis au courant de l’attentat. Il accourt avec un vieux Dodge et deux maçons Italiens. Monnerot est déjà mort ; sa femme sera sauvée. Elle mourra, à 61 ans, peu de jours après le quarantième anniversaire du déclenchement de la guerre. (source:http://encyclopedie-afn)

Le corps de guy Monnerot fut rapatrié à Limoges où une cérémonie funèbre eut lieu le 29 novembre 1954. François Mitterand ,alors ministre de l'intérieur dans le gouvernement de Pierre Mendès France,adressa à son père ,le télegramme suivant:

''Dans l'épreuve qui vous frappe,je tiens à vous dire,tant en mon nom personnel qu'au nom du gouvernement,l'émotion qui nous étreint devant la mort si injuste de votre fils,au moment même où il se préparait à apporter aux jeunes Français d'Algérie,le témoignage de notre civilisation et de notre culture. Je m'incline devant votre douleur.''

 

CaptureGuy monnerot

 

En 2004,à l'occasion du cinquantenaire de sa mort,le nom de Guy Monnerot fut donné à une rue de Limoges ▼

     Pdf→     Inauguration_allée_Monnerot

Voir aussi  :http://www.histoire-en-questions.fr/guerre%20algerie/terreur-toussaint-monnerot.html

PDF ici : Couple_Monnerot_Algerie_1_11_1954

 Certains polémiquent sur"les premiers morts  de la guerre d'Algérie". Le couple Monnerot  fut victime le matin du 1er Novembre,mais il est vrai que d'autres périrent la veille ,d'autres plus tôt  ce jour là. .ce fut le cas  de deux Français d'Algérie : un chauffeur de taxi de confession juive, Georges-Samuel Azoulay et Laurent François, libéré depuis 6 mois du service militaire.▼

Temoignage_REGIS_GUILLEM

Toutes les victimes de la Toussaint rouge,métroplolitains, pieds noirs ou musulmans, méritent de figurer dans la mémoire collective

voir Aussi:

Instituteurs_morts_en_Algérie

Posté par Algerazur à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 octobre 2022

Convention de 1830 après la prise d'Alger

capitulation Alger 1830

Posté par Algerazur à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 septembre 2022

La loterie Algérienne-1936

 Remi st andré-CaptureLa loterie Algérienne que nous avons connu date du 15 mars 1936 – premier tirage organisé par M. Rémi Saint André au théâtre Municipal d’Alger.Rattaché d'office à la Direction des Finances, il s'était vu confier une tâche dont ce service ne voulait pas se charger : créer en Algérie une Loterie, concurrente de la Loterie Nationale, le premier tirage devant avoir lieu dans trois mois! Il faudra toutes ses capacités d'invention, connaissances financières, astuces techniques, toute sa force de persuasion devant l'hostilité des financiers eux-mêmes, pour mener à bien cette entreprise. La Loterie Algérienne connaît un grand succès et rapporte au budget de l'Algérie des sommes considérables pour les œuvres sociales. Il en fait une réalisation profitable au pays à plus d'un titre, les élus locaux rivalisant pour que le tirage se fasse sur leur territoire. Il a l'idée de jumeler les tirages, non seulement avec les fêtes (pâques, Noël), mais aussi avec de grandes manifestations historiques, traditionnelles ou sportives, notamment boulistes et aéronautiques, matches de boxe, ce qui, tout en assurant la publicité pour la Loterie, donne un essor particulier au sport en Algérie.

Voir :Remi_St_André_

 

Echo d'Alger 03-1936Loterie-1936

L'écho d'Alger du dimanche 15 mars 1936 ▲

Le second tirage aura lieu à Oran le 30 mai.L'écho d'Alger du dimanche 15 mars 1936

Le billet ci-dessous date de 1881, une autre loterie différente, puisque tirée en France, à Paris.

 

loterie Algerienne-1881

Un article du journal Le petit Stéphanois de 1881 mentionne:

Le comité de la loterie nationale algérienne informe le public que le

Tirage de la loterie aura lieu irrévocablement le jeudi 26 janvier dans la salle du Cirque-d ’Eté, aux Champs-Elysées, à dix heures précises du matin, avec des appareils nouveaux construits spécialement à cet effet par la maison Fichet. Le paiement des lots sera effectué huit jours après la présentation, au siège de la loterie, des billets gagnants.Billet 1937

 

loterie 1937

                                                     Billet 1937

 

 

loterie 1652

 

                                               Noël 1952

 

Posté par Algerazur à 05:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 août 2022

Débarquement de Provence-Aout 1944

C'était en 1944 ,les 16 et 17 aout....nos parents furent mieux accueillis qu'en 1962...et pour, cause

debarquement Provence 1944

 

débarquement provence_1944

 

 

Posté par Algerazur à 07:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 août 2022

Jean Brune écrivain Algérois et Camus


Jean Brune et Albert Camus

Deux écrivains pieds-noirs face à la guerre d’Algérie

 

bild
    à lire aux éditions Atlantis

Jean Brune (1912-1973) a été le condisciple d’Albert Camus (1913-1960) au lycée d’Alger et, comme il le dit « au cours de la vie parfois son ami ».
A comparer les deux écrivains pieds-noirs prestigieux on découvre des ressemblances surprenantes entre Cette haine qui ressemble à l’amour et La Révolte d’un côté, et Noces, L’Eté, L’Hôte et Le Premier Homme de l’autre.
Face au drame de l’Algérie française, leur réaction a été unanime : ils insistaient sur le « droit des hommes à ne pas être chassés de leurs souvenirs d’enfance ».Voir son reportage sur la naissance du quartier mythique d'Alger: Bab El Oued :

Bab_el_Oued__Jean_Brune

Ses livres(Ed. Atlantis) :

https://editionatlantis.de/autoren/details/?aut_id=0&lang=

En savoir plus sur Jean Brune ▼

Jean_Brune_biographie

Jean Brune -Devise

                            Sa devise

Posté par Algerazur à 07:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 juillet 2022

Albert Camus-Prix Nobel fier de ses racines

      

Camus

   ABERT CAMUS, Prix Nobel 1957

                       FRANÇAIS D’ALGERIE ''Pied Noir''

Le discours que prononce Camus à Stockholm lors de la remise de son prix Nobel,le 17 octobre 1957, est d’une si grande importance que l’on pourrait en recommander la lecture, aussitôt après
le Premier Homme, son roman posthume, à ceux qui veulent s’initier à son œuvre. Camus tient d’abord à y souligner qu’avec lui, c’est un Français d’Algérie qui reçoit cette distinction mondiale. Il veut rappeler que parmi cette population, désignée sous le nom de « pied-noir » que l’on dit alors constituée de colons aisés et sans scrupules, il peut se trouver des êtres issus des milieux les plus pauvres et capables de faire honneur à leur pays et à l’humanité. Le Camus algérien est entièrement dans ce rappel (ou ce défi) et on l’y retrouve mieux encore que dans la fameuse réplique, d’ailleurs toujours tronquée quand on la cite, qui fut celle de Camus en réponse à des étudiants algériens résidant à Stockholm : « Entre ma mère et la justice, je préfèrerai toujours ma mère ». Ainsi raccourcie et trahie, la citation choquera les esprits les moins prévenus, parfois même dans l’entourage de Camus, et on devra attendre mai 2006 pour entendre un président de la République algérienne, Abdelaziz Bouteflika, déclarer que la préférence ainsi donnée par Camus à la mère traduit un sentiment vraiment et profondément algérien.

Source:Culture.fr

Lettre d'Albert Camus en 1957

 Biographie: Albert Camus - Wikipédia

Voir aussi (sur le site de Francine et Pierre Jean Cardona) :http://pierrejean.cardona.free.fr/jeunesse_de_camus.htm

Ici sur L'Algérianiste(d'aprés documents famille Cardona):Albert_Camus_sa_jeunesse

Discours de Suède →Albert_camus_discours_de_stockholm

voir aussi : http://litteranaute.blogspot.fr/2010/01/je-prefererai-toujours-ma-mere-la.html    

                 Séance de dédicace après avoir récemment reçu  le prix Nobel de littérature le 10 octobre 1957.▼

Camus prix Nobel

Posté par Algerazur à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 juin 2022

Alger 17 Juin 1962..Cessez le feu OAS-FLN

 

Comme ils le font tous les soirs, de nombreux Européens de la capitale écoutent  la radio...

 

mostefai_0

Il est 20 heures 30, ce 17 juin 1962 à Alger. Ceux qui ne sont pas au courant des négociations qui se tramaient depuis plusieurs semaines entendent, stupéfaits, un porte-parole annoncer d’une voix grave:

« Aujourd’hui, 17 juin, à midi, à l’issue d’entretiens auxquels l’OAS a participé, le FLN vient, par la voix de son délégué général, de définir les bases d’un accord entre Algériens. Le haut commandement de l’armée secrète donne l’ordre à partir de ce soir de suspendre les combats et d’arrêter les destructions».
Il avai été seulement convenu que Mostefaï, Susini et Chevallier prendraient la parole officiellement pour se féliciter de la fin des hostilités. Il faudra malgré tout encore plusieurs jours, et une nuit,  pour que Mostefaï accepte de citer le nom de l’OAS dans son allocution. Ce qu’il fera le 17 juin en s’adressant directement aux Européens d’Algérie:
«C’est une page de l’histoire de notre pays que nous allons tourner […] Je sais le désarroi  dans lequel vous êtes. Vous vous posez des questions sur votre avenir dans ce pays. Ces sentiments ont été exprimés   par les dirigeants des organisations syndicales et professionnelles, et en particulier par les dirigeants de l’OAS, avec lesquels nous nous sommes entretenus. Si j’ai participé à ces entretiens, c’est parce que leur utilité  a été reconnue par les dirigeants algériens».

C’est dit! 

«Algériens d’origine européenne, conclut Mostefaï, au nom de tous vos frères algériens, je vous dis, que si vous le voulez, les portes de l’avenir s’ouvrent à vous comme à nous. Que ce soir, que demain cessent les dernières violences, les derniers meurtres, les dernières destructions ».

Le porte-parole de l’OAS lit d’abord deux messages codés, dans le style de Radio-Londres. «Pour le renard des sables et pour le fennec : les briquets ne doivent pas être allumés» (traduction: on ne fait pas sauter les puits de pétrole) et «Les piscines doivent rester pleines» (Ne pas toucher aux barrages).

D’une voix grave il annonce alors que les dirigeants de l’armée secrète ont décidé de suspendre les combats. La guerre d’Algérie est terminée. Et Alger n’a pas brulé.

 Cet accord ne suffira pas à rassurer les Pieds Noirs. Ils n’y croient plus et quittent à jamais l’Algérie. Jean-Jacques Susini partira, lui, à la mi-juillet pour poursuivre une vie de clandestin. Condamné deux fois à mort par contumace, notamment pour avoir commandité l’attentat du Mont Faron contre le général de Gaulle en 1964, il sera amnistié en 1968. Il vit actuellement à Paris.

Le docteur Mostefaï,  à qui on reprochera longtemps ces négociations avec l’OAS, vit entre Paris et Alger. Jacques Chevallier, qui avait choisi la nationalité algérienne, est mort à Alger en 1971.

José-Alain Fralon

Source :http://www.slate.fr/story/57767/guerre-algerie-oas-fin

Pour la petite histoire : Les accords de dernière heure survenus entre JJ Susini(OAS) et le Dr Mostefai(FLN) ont été surnommés "accords de Ben Haroun",par dérision par rapport aux accords d'Evian,trois mois plus tôt.....

Plus de détails ici

- PDF→Accord_OAS_FLN_17_juin_1962_1

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chawki_Mostefa%C3%AF

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Jacques_Susini

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Chevallier

 

Revoir :  http://algerazur.canalblog.com/archives/2012/06/17/24325562.html

Posté par Algerazur à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 juin 2022

5 juin 1944,les Africains à Rome

 drapeau_fran_aisRemember  !

 5 Juin 1944,l'armée d'Afrique entre à Rome

place_saint_pierre_2436

Les Nord-Africains s'illustrent en mai 1944 dans l'attaque des fortifications allemandes de la ligne Gustav, entre Naples et Rome, à hauteur du monastère du Mont-Cassin.

Le 5 juin 1944, à la veille du débarquement de Normandie, les troupes d'Italie font une entrée triomphale à Rome. Les tirailleurs africains participeront quant à eux au débarquement allié de Provence, le 16 août 1944, deux mois après celui de Normandie. Le 25 août 1944, des fusiliers marocains et des tirailleurs africains figurent aussi parmi les soldats de la IIe DB du général Leclerc qui libère Paris. A la fin de l'année, la 2e division d'infanterie marocaine est la première unité française à franchir le Rhin.

À la fin 1945, les différents corps d'armée français et les résistants de l'intérieur sont rassemblés dans une 1ère Armée française sous le commandement du général Jean de Lattre de Tassigny. Sur un total de 550.000 hommes, on compte alors 134.000 Algériens, 73.000 Marocains, 26.000 Tunisiens et 92.000 ressortissants d'Afrique noire.

Source :Hérodote

Voir :

La France et ses soldats des colonies

http://nice.algerianiste.free.fr/pages/C.E.F._Italie/C.E.F..html

Posté par Algerazur à 11:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

15 mai 2022

Canonisation de Charles de Foucauld -15 mai 2022

Vision du sahara au début du 20ème siècle

Jardins de Laghouat-1920

                                                                     Jardins de Laghouat-1920

Le desert....le Sahara

Deux mots autour desquels,se sont cristalisées tant de légendes et groupées tant de passions scientifiques ou politiques,sans que l'opinion publique soit encore bien éclairée par leur définition. " Pays du mirage " écrit M. Demontès,aussi bien pour les auteurs qui en ont disserté doctement,ou avec humour,que pour les touristes dont la curiosité s'est arrêtée à la visite de quelques oasis proches de Biskra.

Que savait on du Desert Algérien,au milieu du 19ème siècle?...Relisez telle page «d'un été au sahara»,écrite en 1853 à Laghouat ou l'auteur,les yeux tournés vers le sud,se perd en rêveries géographiques,imagine des villes mozabites «aussi grandes qu'Alger»,un archipel d'oasis merveilleusement arrosées et fertiles.....Ces rêveries furent celles de la génération des bacheliers du tout début du 20ème siècle.Maint poète leur préféra le Desert aride et inorganisé,pays de fantômes assoifés et de caravanes martyres....En 1925,Laghouat est tout ronronnant d'autocars,dont le moindre mécano a vu Ghardaia ou même Timimoun.

Une visite à Bou Saada,en mars ou avril 1925,laisse l'impression d'un merveilleux climat et donne une idée parfaite des plaines desertiques du sud.On ne peut y arriver qu'en automobile,aussi bien qu'à Laghouat.

-à propos de Laghouat,voir ces documents sur Giacomo Molinari ,architecte constructeur de la mosquée:

Voir ▼

Giacomo_Molinari___Laghouat

LA MOSCHEA MOLINARI A LAGHOUAT

La ville est entourée de 30 à 40000 palmiers et l'aspect qu'ils présentent,du minaret d'une des moquées, est celui d'une mer de verdure.

Enigme encore,cependant,pour la majorité des francais qui ne sait pas que,en 1886,un géographe allemand,Rohlfs,daignait concéder à la France ,le Sahara comme le prolongement logique de l'Algérie....

Source: livres(L'Algérie par Georges Rozet) et documents personnels

Copie_de_p_re_De_Foucauld

Comment parler du Sahara sans avoir une pensée pour le père Charles De Foucauld

VoirBiographie_Charles_de_Foucauld

Les épisodes de sa vie : http://chapeletdesenfants.chez.com/frames/frame28.html

L'ermitage de Charles de Foucauld

                              L'ermitage du père De Foucauld

On ne peut qu’être frappé par l’itinéraire de cet homme. Un exemple de résilience après une enfance très éprouvée par les deuils. Une vie d’explorateur en Afrique et de défricheur. Une conversion qui bouleverse peu à peu sa vie, cet homme très volontaire apprenant – difficilement – à « lâcher prise » et à accueillir l’autre. Un prêtre en pays musulman, tout à tous, qui n’a jamais converti personne et dont la vie a une mystérieuse fécondité. Un frère universel pour tous ceux qu’il côtoie dans le désert. Un homme joyeux malgré la misère qu’il partage avec les Algériens de son village.

1914 ! La première guerre mondiale ! 1916, la situation s’aggrave. Le père Charles de Foucauld fait construire un petit fort pour protéger la population.(c'est là qu'il sera assassiné)▼

Charles de Foucauld-fortin 1

 

Voir : http://chapeletdesenfants.chez.com/frames/frame28.html

Charles de FOUCAULD repose depuis le 26 avril 1929 dans un tombeau à El-Goléa, appelé aujourd'hui El Méniaa.▼

tombe Charles de Foucauld-El Golea

Le pape François signe le 27 mai 2020 le décret reconnaissant un miracle attribué au bienheureux, ouvrant la porte à une canonisation prévue le 15 mai 2022.

Voir : Charles de Foucauld - Wikipédia

 

Posté par Algerazur à 06:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]