Algerazur

14 février 2019

St Valentin fêté grace à Gelase 1er, pape né en Algérie

              St Valentin  fête des amoureux

Gelase_1er_Timgad

La désormais célèbre fête des Amoureux a été instaurée pour lutter contre les restes de paganisme à Rome. La Saint-Valentin est l’idée d’un pape ,citoyen romain né en Algérie, Saint-Gelase 1er, qui a marqué l’histoire de l’Eglise catholique.

La Saint-Valentin, une fête kabyle ? Non, mais on la doit au Pape Gélase 1er, un pape citoyen romain né dans cette région d’Algérie. Il est l’un des trois papes africains qu’a connus l’Eglise catholique. Le Pape Gélase 1er devient, le 1er mars 492, le 48e successeur de Saint-Pierre (le 49e pape) après Felix III dont il rédigeait les documents ecclésiastiques. Son court règne de quatre ans demeure pourtant un tournant pour l’Eglise catholique, notamment parce qu’il rétablira l’autorité pontificale. « Il y a, auguste empereur, écrit-il à Anastase, empereur de Byzance, deux pouvoirs principaux pour régir le monde : l’autorité sainte des pontifes et la puissance royale. Et la charge des pontifes est d’autant plus pesante, qu’au jugement de Dieu, ils devront rendre des rois eux-mêmes ». [1]

La Saint-Valentin pour remplacer la fête païenne des Lupercales

Voir :

Les_lupercales

Théologien émérite, le pape Gelase 1er se montre ferme dans sa charge et par conséquent dans le gouvernement de l’Eglise. Il fait de la lutte contre toutes les formes de paganisme une priorité, surtout en fin de règne. Il interdit la célébration des fêtes Lupercales, une célébration païenne de l’Amour et de la fécondité placée sous l’égide du dieu Faunus Lupercus qui se déroulait le 15 février. « Autant qu’il dépend de moi, qu’aucun baptisé, qu’aucun chrétien ne célèbre ces fêtes, et que ne soit observé ce rit (sic) que par les païens seuls, auxquels il convient », écrivait alors le pape. Pour la mettre aux oubliettes, il aurait mis en exergue dès 495 la célébration de la Saint-Valentin le 14 février, en mémoire de trois martyrs de l’Eglise qui portent ce nom. Les martyrologes en font la mention seulement autour de l’an 498 et indique qu’un décret de Gelase 1er serait à l’origine de cette fête. Certaines sources évoquent aussi l’instauration de la Chandeleur, fête qui marque la présentation de l’enfant Jésus au temple et la purification de la Sainte Vierge. Gelase 1er faisait alors, semble-t-il, distribuer des crêpes aux pèlerins qui arrivaient à Rome. Quant à Saint-Valentin, il deviendra plus tard en 1496, sous le règne de pape Alexandre VI, le patron des amoureux.

Le pape Gelase 1er meurt le 19 novembre 496 et la Saint-Gelase est célébrée le 21 novembre.

Source :Afrik.com

voir aussi:▼

http://cite-du-vatican.over-blog.com/article-21-novembre-496-43875696.html

Posté par Algerazur à 05:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 janvier 2019

Semaine des barricades-24 janvier au 1er fevrier 1960

Barricades 1960

Pour avoir, dans un journal allemand, pris ses distances avec la politique menée et déclaré notamment que "l’armée ne pouvait s’attendre à une telle attitude" de la part du chef de l’État, le général Massu, commandant du corps d’armée d’Alger, adulé dans la ville blanche pour y avoir brisé les réseaux terroristes en 1957, est rappelé à Paris. La nouvelle fait éclater une contestation qui grondait depuis des mois. Une grève générale est décrétée à Alger par les nationalistes les plus virulents, massivement soutenus par les Européens.

A l’issue d’une manifestation de soutien au général Massu, des barricades sont dressées. L’une d’elles est surmontée d’un drapeau français et d’une des banderoles de la manifestation : "Vive Massu !". Pour ériger des barricades et faire obstacle à l’avancée des forces de l’ordre, les manifestants utilisent les pavés prélevés sur place. Outre des civils, on repère - à leurs bérets noirs - de nombreux membres des Unités territoriales (UT), en uniforme. Ces unités armées, composées des réservistes d’Algérie et organisées par l’état-major afin d’assurer l’autodéfense des quartiers dans les premiers temps du conflit, se sont fortement mobilisées pour organiser les barricades et les camps retranchés. Ils forment un contingent non négligeable face aux forces de l’ordre.

Le premier soir, les affrontements avec les gendarmes font plus de vingt morts mais, les jours suivants, les fraternisations entre insurgés et parachutistes l’emportent. La situation est bloquée. Dans un discours renvoyant dos-à-dos les nationalistes du FLN et les organisateurs des barricades, accusés tous deux de rejeter sa politique, le général de Gaulle trouve la voie de l’apaisement en promettant surtout de s’en tenir à l’autodétermination. Les barricades sont levées. Mais les UT sont dissoutes et, quelques mois plus tard, le général Challe doit quitter son commandement.

Source : Raphaëlle Branche et Sylvie Thénault, La guerre d’Algérie, la Documentation photographique, août 2001.

En savoir plus ici...(source -archives ECPAD ) →  La semaine des barricadeV3 relecture.doc - barricade.pdf

Alger - janvier 1960 (AFP)

Drapeau barricade Alger 1960

Drapeau taché du sang d'Hernandez

Un an plus tard, le 22 avril 1961, les Algérois pourront de nouveau entendre l’ancien commandant en chef - lors du putsch d’Alge

Posté par Algerazur à 15:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 décembre 2018

Souvenirs ...Noël à Alger

Joyeux Noel-Alger

 

photos er cartes postales d'Algérie, d'avant 1962.....sur la sublime musique de Jean Pax Meffret...
https://www.facebook.com/toutjeanpax?...

Posté par Algerazur à 03:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2018

L'Hôtel Aletti-Palace d'Alger

 Hôtel Aletti

Charlie Chaplin

 

 

 

 

 

 

L’Aletti est une splendeur de l’Art déco et l’un des lieux les plus fascinants d’Alger.

Il fut construit à grands frais et inauguré lors de la célébration du centenaire de la présence coloniale en Algérie, l’été 1930,par Charlie Chaplin. Ce grand palace de classe internationale,où Joséphine Baker,sous lieutenant de l'armée de l'air des Forces Francaises libres(FFL)avait dansé aprés le débarquement Anglo Américain de 1942,appartenait aux frères Aletti (Jacques, Louis et Robert),d’où son nom.

Des personnalités de grand renom ont séjourné dans cette hôtel : Charlie Chaplin (Charlot), Caroline de Monaco, Albert de Monaco, Nelson Mandela, Patrice Lumumba, François Mitterand (quand il était ministre de l'Intérieur de l'Etat français), Jean Claude Brialy (qui a fimé des séquences sour son long métrage "Sur les traces de mon enfance"), Frédéric Mitterand, Ferhat Abbas, Houari Boumediene,Mohamed Khider, Mohamed Boudiaf, Messali Hadj, Fdel Castro, Hassan II, Charles Aznavour, Georges Brassens..…..

L'hôtel Aletti disposait au sous-sol d'une salle de jeux et d'une salle de spectacles, "Le casino municipal", ainsi que d'une salle de cinéma, d'un restaurant, d'un bar, d'un salon de coiffure, de boutiques, d'un cabaret...Il a été rebaptisé Safir en 1984.

Voir aussi→Joseph_Aletti

 

Hôtel Safir

                                            Hôtel Safir (ex Aletti)

                    http://www.algerie-monde.com/hotels/alger/es-safir/

 

hotel Aletti-affiche

             Affiche d'époque

Posté par Algerazur à 05:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


11 novembre 2018

Centenaire de l'armistice du 11 novembre 1918"

 

   

Antoine Bosc

à mon grand père,antoine Bosc.                           

      La fin de la grande guerre

 

Le lundi 11 novembre 1918, à 11 heures, dans toute la France(métropole et outremer), les cloches sonnent à la volée. Au front, les clairons bondissent sur les parapets et sonnent le «Cessez-le-Feu», «Levez-vous», «Au Drapeau». La «Marseillaise» jaillit à pleins poumons des tranchées. Même soulagement en face, dans le camp allemand. L'armistice a été signé dans le wagon spécial du généralissime Foch, au carrefour de Rethondes, au milieu de la forêt de Compiègne,  à 5h15 du matin.

L'armée d'Afrique  avait,elle aussi payé un lourd tribut.

 Armée -Alger 1914

 Nouba 1er RT(guerre de 1940)

                          Nouba 1er RTA

Au total, entre 1914 et 1918, plus de 290 000 soldats nord-africains ont combattu au service de la France :er RTA
- 173 019 Algériens, les plus nombreux ;
- 80 339 Tunisiens ;
- 40 398 Marocains.
À la fin de la guerre, en novembre 1918, leurs pertes s'élevaient à 28 200 morts et 7700 disparus.
( texte extrait de "Enseigner la mémoire ? Les soldats indigènes, oubliés de la 1ère guerre mondiale, Un lourd bilan)"

«C'est nous les Africains qui revenons de loin/Nous venons des colonies pour sauver la patrie/Nous avons tout quitté parents, gourbis, foyers/Et nous avons au coeur/Une invincible ardeur...» Ce refrain du Chant des Africains – composé par les tirailleurs Bendifallah et Marizot lors de la bataille de la Marne en 1914 – appartient peut-être au passé de la France républicaine et coloniale, il n'en suscite pas moins de forts sentiments de gratitude chez celles et ceux qui l'ont entendu un beau jour de 1944-45. Car ses paroles signifiaient la libération de la mère patrie du joug nazi..

Les Africains2.mp3 (Objet audio/mpeg)

Posté par Algerazur à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 novembre 2018

Rémy Laven et le Jazz

Remy Laven

Le Jazz...de l'école normale d'Alger à Arcachon..

Né à Ménerville, aux portes de la Kabylie, Rémy Laven est initié très jeune au solfège, au piano puis à la clarinette par un grand-oncle professeur de musique aveugle. Au sortir de l'enfance, il poursuit en autodidacte l’étude du saxophone, de la guitare et plus généralement de tous les instruments qui lui tombent sous la main.......

La suite ici ▼

http://remylaven.free.fr/page_bio.html

.... avec l'âge de la retraite vint le goût du bénévolat, le simple plaisir de faire plaisir, le besoin de se sentir utile en apportant à ceux qui en sont sevrés quelques instants de distraction, quelques îlots de bonheur dans l'océan de leur solitude. Alors, avec le concours de son vieil ami Serge Ducasse - un fou de chant par ailleurs membre du prestigieux chœur basque ANAIKI - Rémy a mis au point un petit tour de chant que les deux compères ont baptisé "Chansons à travers le temps".

 Remy Laven- maison de retraite

   
                                          En 2012 ...▲

 

 

Posté par Algerazur à 07:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 octobre 2018

24 octobre 1870,les juifs d'Algérie deviennent Francais

24 octobre 1870, Crémieux donne la citoyenneté française aux Juifs d’Algérie



Cremieux_136

Le 24 octobre 1870, un décret donne la citoyenneté française aux 37.000 Juifs d’Algérie.

Dans la foulée, les colons originaires d’Europe (Italie, Espagne, Malte…) sont aussi francisés en bloc. Quant aux musulmans d’Algérie, ils sont maintenus dans le statut d’indigène. C’est le début d’une fracture douloureuse et irréductible entre les deux communautés.

L’une des premières décisions de la République

Le décret concernant les Juifs d’Algérie est promulgué à Tours, où s’est réfugié le gouvernement de la Défense nationale qui a succédé à l’Empire après la défaite de Sedan. Il peut être considéré comme l’une des premières grandes mesures de la IIIe République.

Adolphe Cremieux

Sa paternité en revient au ministre de la Justice, Isaac Adolphe Crémieux, l’un des chefs du parti républicain. C’est le fils d’un commerçant juif de Nîmes. Juriste et philanthrope de 74 ans, il bénéficie d’une grande réputation d’intégrité dans le pays.

En 1863, suite à l’émotion soulevée par l’affaire Mortara, il avait participé à la création de l’«Alliance israélite universelle» et avait été porté à sa présidence, avec l’objectif de protéger les Juifs où qu’ils soient.

Du royaume arabe à la colonie

Dans les années 1860, prenant acte de la fin de la conquête de l’Algérie, Napoléon III préconise l’instauration d’un royaume arabe sous protectorat français, un peu comme il en ira plus tard avec le royaume du Maroc. Lui-même aurait eu le titre de «roi des Arabes».

Par le senatus-consulte (décret impérial) du 14 juillet 1865, d’une grande générosité, les musulmans d’Algérie se voient reconnaître la nationalité française sans qu’il leur soit nécessaire de renoncer à la loi coranique : «L’indigène musulman est Français, néanmoins il continuera d’être régi par la loi musulmane. Il peut sur sa demande être admis à jouir des droits du citoyen ; dans ce cas il est régi par les lois civiles et politiques de la France». La nationalité fait d’eux des sujets français mais non des citoyens ; elle ne leur accorde pas le droit de vote.

Le projet se heurte à l’opposition violente des colons européens. Ces derniers, qui se situent du côté de la gauche républicaine, seront parmi les plus ardents à combattre Napoléon III et à se réjouir de sa chute.

La IIIe République, qui succède au Second Empire, prend le contrepied de la politique napoléonienne en intégrant plus étroitement l’Algérie à la France. Mais avec le décret Crémieux, elle établit une discrimination inédite entre les juifs, élevés au rang de citoyens français, et les musulmans.

- les Juifs :

Une partie des Juifs sont établis en Afrique du Nord depuis la première diaspora, au Ve siècle avant JC. Ils sont à l’origine d’une langue aujourd’hui perdue, le judéo-berbère. Les autres sont originaires d’Espagne d’où ils ont été chassés en 1492. De là leur appellation de juifs sépharades (d’après le nom de l’Espagne en langue hébraïque).

La «francisation» des uns et des autres avait débuté dès le lendemain de la prise d’Alger, avec le concours actif des israélites de la métropole et du Consistoire central de France. Celui-ci obtient dès 1832 le droit de fonder en Algérie des écoles mixtes, avec enseignement donné en français. Comme en France, les Juifs d’Algérie se font représenter par des consistoires à partir de 1844.

- les musulmans :

Les musulmans, très majoritaires, sont issus des populations kabyles, des envahisseurs arabes ou encore des esclaves enlevés sur les côtes européennes jusqu’au XVIIIe siècle et convertis de force. Ils restent globalement fidèles à leurs coutumes et en particulier au droit coranique.

Exacerbation des tensions communautaires

Le décret Crémieux offre la citoyenneté pleine et entière aux Juifs d’Algérie sous réserve du renoncement à la loi mosaique et à ses prescriptions contraires au droit civil en matière matrimoniale (ce renoncement avait déjà été entériné sous le Premier Empire par les consistoires métropolitains).

Pétri de bonnes intentions et de préoccupations électorales moins avouables, notamment à Oran où les israélites sont nombreux, le décret s’avère porteur de semences empoisonnées. Il consacre en Algérie la rupture entre les colonisés (exclusivement musulmans) et les colonisateurs, qui viennent d’Europe et auxquels s’assimilent désormais les Juifs.

Dès l’année suivante, encouragé par la défaite de la France face à la Prusse, un notable musulman, le bachagha El Mokrani, soulève 250 tribus contre le gouvernement français. Sa révolte conduit le 8 avril 1871 à la proclamation de la guerre sainte par le grand maître d’une confrérie musulmane, Cheikh El-Haddad. Un tiers de la population musulmane entre alors en rébellion.

Le chef du gouvernement provisoire, Adolphe Thiers, dépose le 21 juillet 1871 un projet d’abrogation du décret Crémieux mais celui-ci est repoussé sous la pression du banquier Alphonse de Rothschild.

En France, où toute forme d’antisémitisme avait disparu sous la Restauration monarchiste et le Second Empire, le décret entraîne paradoxalement une mise en lumière des Juifs. L’antisémitisme apparaît avec force sous la IIIe République, à la faveur du scandale de Panama, qui précèdera de peu l’affaire Dreyfus.

Les colons européens d’Algérie se montrent plus réceptifs que quiconque aux discours antisémites. C’est ainsi qu’en 1898, en pleine affaire Dreyfus, ils élisent Édouard Drumont, éditeur du journal antisémite La Libre Parole, comme député d’Alger.

Joseph Savès – © herodote.net

Voir aussi...Ses mandats à l'Assemblée nationale →http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=8582

Posté par Algerazur à 11:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 octobre 2018

Indicatif Radio Alger

Souvenir.....l'indicatif de Radio Alger
Radio Alger, dont les studios étaient situés rue Hoche, face au lycée Gautier, diffusait les succès de l’époque.

 

Poste de radio des années 50/60 (celui de mes parents)▼

poste de radio schneider -1958

 

Posté par Algerazur à 07:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2018

19 septembre 1944,l'Armée B prend le nom de 1ère Armée

   ...Le 19 septembre 1944, l'Armée B prend le nom de Première Armée française. La décision est ratifiée par le Général de Gaulle le 24 septembre.

"L’ "Armée B" – le terme générique pour désigner le commando d’Afrique – débarque en Provence à partir du 16 août, sous les ordres du général de Lattre de Tassigny, avec "50% de combattants maghrébins, 30 % de Pieds-Noirs, 10% d’Africains et d’Antillais et 10% de métropolitains

Toulon fut libérée le 27 août et Marseille le 28. Il n'avait fallu que treize jours aux premiers éléments de cette armée, moins de 30 000 hommes, pour remporter simultanément deux batailles d'importance, sur un front de quatre vingt dix kilomètres.

Gal Monsabert-Marseille -1944

Voici ce qu'a dit le Général de Monsabert qui conduisit l'Armée d'Afrique à l'assaut pour libérer la France :
"Tous unis, chrétiens, musulmans, israélites, vous étiez venus écarter les voiles de deuil de la mère patrie, briser ses chaînes de captive et lui rendre la vie, cette vie que 130 ans plus tôt elle vous avait donné.
C'est l'Afrique Française, l'armée d'Afrique, l'armée de votre sang et de votre amour qui a accompli le miracle.
Quelle amère destinée que la vôtre !! Vous n'avez trouvé d'autre reconnaissance que l'arrachement de votre sol et de vos biens, l'éloignement de vos tombes et de vos aîtres familiers, le débarquement, dans une fuite éxigée par une métropole sans entrailles, sur ces mêmes plages où vous lui aviez apporté la générosité de votre attachement jusqu'au sacrifice suprême sous les plis de vos drapeaux"

.Après un temps de repos et de réorganisation, la campagne reprend en direction des Vosges et de l'Alsace. La Trouée de Belfort est forcée le 17 novembre et le Rhin est atteint deux jours plus tard, le 19 novembre. La poche de Colmar est réduite le 9 février 1945.
.....Le 30 mars, la Première Armée française franchit le Rhin en six points, dont celui de Germersheim, au sud de Spire, sous un feu intense. Elle s'empare, le 21 avril de Stuttgart, le 24 d'Ulm et le 26 de Constance. Elle atteint le Voralberg le 8 mai 1945. Au soir de ce même jour, le Général de Latte de Tassigny, sur instruction du Général de Gaulle, signe, au nom de la France, à Berlin, l'acte de capitulation inconditionnelle du Reich allemand.
.....Ainsi, en 8 mois et 23 jours, la Première Armée Française a parcouru 1500 km, de la Méditerranée à l'Autriche. Elle a libéré le tiers du territoire métropolitain. Elle a envahi 80 000 km² de l'Allemagne ; elle a anéanti deux armées allemandes, les 19ème et 24ème armées. Son action victorieuse, la ferveur, les efforts et l'héroïsme de ses soldats ont contribué à redonner à la France son rang de grande puissance.

 

1ère armée Française

1ère Armée Source :http://www.fondationmarechaldelattre.fr/armee.htm

http://www.huffpostmaghreb.com/2014/08/15/story_n_5681268.html

 

Hommage du Président hollande le 15 aout 2014(Extrait)

il était temps!! car les pieds noirs n'ont pas oublié l'accueil du maire de Marseille en 1962....Pourtant Gaston Deferre,membre de la SFIO puis du Parti socialiste, est maire de Marseille d'août 1944 à novembre 1945, puis de mai 1953 à sa mort en 1986.Pauvre homme ..il ne se souvenait plus qu'il avait été maire grace à l'armée d'Afrique qu'il avait remerciée alors!

 

deferre

 

fanion-Monsabert-1944

 Fanion offert au général de Monsabert en remerciement en Aout 1944

 

Posté par Algerazur à 05:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]