Algerazur

10 mars 2015

Florence Arthaud nous a quitté..elle avait vu la terre de ses ancêtres en 2011

 

Florence Arthaud jpg

 

Florence Arthaud est morte lundi 9 mars à 57 ans, avec 7 autres Français en Argentine, lors du tournage de l'émission de télé-réalité "Dropped" pour TF1.(http://www.huffingtonpost.fr/2015/03/09/dropped-tf1-florence-arthaud-camille-muffat-alexis-vastine-victimes-morts_n_6835996.html )

Il y a trois ans,à la recherche de ses racines,elle avait voulu voir  la Kabylie , où était née sa mère...

Florence Arthaud -chatJPG 

 

"J'étais partie voir la terre de mes ancêtres." A 54 ans, Florence avait besoin de voguer jusqu'en Algérie, de voir la Kabylie où plongent les racines de sa mère pied-noire. Elle en est repartie avec un chaton vagabond, baptisé Bill K, "Kabyle" en verlan, a laissé "l'Argade II" pour voyager en Tunisie, mis le cap sur l'Italie, se piquant d'aller voir Rome : "Je voulais me racheter une croix. J'ai fait toutes les églises en mettant des cierges et en me signant à l'eau bénite pour que les âmes des disparus soient bien là où elles sont." Sans doute pensait-elle à son frère, sa "moitié", qui s'etait suicidé dix ans plus tôt."(http://www.varmatin.com/derniere-minute/en-2001-a-cannes-ladieu-de-florence-arthaud-a-son-frere-jean-marie.2071211.html)

La navigatrice devait publier son nouveau livre « Cette nuit, la mer est noire » en librairie en mai mais son éditeur a décidé d’avancer la date de parution au 19 mars, soit la semaine prochaine.

- http://www.lesoir.be/818339/article/culture/livres/2015-03-11/memoires-florence-arthaud-papa-merci-m-avoir-donne-force-partir-au-loin

voir aussi :Florence_Arthaud_Article_Obs_sport

Kabylie-mer

 

Posté par Algerazur à 13:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 mars 2015

2 Mars 1830-annonce de l'expédition d'Alger

 

charles X

 

Au début de 1830, la France vit une situation politique très tendue entre Charles X qui rêve de rétablir la monarchie absolue et la bourgeoisie libérale qui désire accroître les pouvoirs du parlement. Le 2 mars lors de l’ouverture de la session parlementaire, le roi annonce l’expédition contre Alger.: « Au milieu des graves événements dont l’Europe était occupée, j’ai dû suspendre l’effet de mon juste ressentiment contre une puissance barbaresque ; mais je ne puis laisser plus longtemps impunie l’insulte faite à mon pavillon ; la réparation éclatante que je veux obtenir, en satisfaisant à l’honneur de la France, tournera, avec l’aide du Tout-Puissant, au profit de la chrétienté. »  Officiellement il est question de venger l’offense faite au consul, de détruire la piraterie et de libérer les esclaves blancs. En réalité il s’agit d’utiliser le prestige d’une victoire militaire pour battre l’opposition dans les urnes. Le 16 mai le roi dissout l’assemblée et convoque les élections.

Quelques jours plus tard, la flotte d’invasion quitte le port de Toulon avec 37 000 hommes à son bord. Baptisé armée d’Afrique, le corps expéditionnaire débarque le 14 juin et après une série de batailles, Alger tombe entre ses mains le 5 juillet. La ville est pillée par les soldats tandis que le roi s’empare du trésor du dey. Mais la victoire militaire n’empêche pas l’opposition de remporter la victoire électorale. Constatant que sa manœuvre a échoué, le roi tente de passer en force, ce qui provoque les journées insurrectionnelles des 27, 28 et 29 juillet qui font tomber le régime.

Voir : Extrait_Prise_d_Alger_Pierre_Michelbach_

Voir aussi :Interview_Pierre_Peant_Algerie_DZ

Posté par Algerazur à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2015

Amandiers en fleurs en Février...

 

amandier

 

 

Quand j’habitais Alger, je patientais toujours dans l’hiver parce que je savais qu’en une nuit, une seule nuit froide et pure de février, les amandiers de la vallée des Consuls se couvriraient de fleurs blanches. Je m’émerveillais de voir ensuite cette neige fragile résister à toutes les pluies et au vent de la mer. Chaque année, pourtant, elle persistait, juste ce qu’il fallait pour préparer le fruit. Ce n’est pas là un symbole. Nous ne gagnerons pas notre bonheur avec des symboles. Il y faut plus de sérieux. Je veux dire seulement que parfois, quand le poids de la vie devient trop lourd dans cette Europe encore toute pleine de son malheur, je me retourne vers ces pays éclatants où tant de forces sont encore intactes. .

Extrait de « l’été »
[ Camus ]



Posté par Algerazur à 05:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 janvier 2015

Jean Gabin à Alger-1943

gabin100

 

En septembre 1939, Gabin est mobilisé, et en février 1941, il quitte la France pour les États-Unis, refusant de tourner pour les allemands. Il y jouera dans deux films : La Péniche de l'amour et L' Imposteur, et fréquentera Ginger Rogers, ainsi que Marlene Dietrich.

Fin 1942, alors qu'il a tourné deux films aux USA, il veut s'engager dans les Forces Françaises Libres: «  Je ne pouvais pas rester les mains dans les poches, continuer à faire des grimaces devant une caméra en étant payé en plus, et attendre tranquillement que les autres se fassent descendre pour que je retrouve mon patelin » *. Il se heurte à nouveau aux réticences de l'armée qui l'envoie d'abord tourner un film de propagande en faveur de la France Libre (L'imposteur de Duvivier). Gabin revient ensuite à la charge et obtient enfin, en avril 1943, d'embarquer comme officier d'armes à bord de l'escorteur Elorn. Il s'agit de d'accompagner des pétroliers jusqu'à Alger. Son convoi sera la cible des avions de la Luftwaffe et il tremble de peur au milieu des flammes: "

A son arrivée Gabin  s'engage dans les Forces navales françaises libres.Il retrouve Alger bien différente de lors du tournage de Pépé le Moko, en 1936. La ville blanche grouille de politiciens de tous bords et de partisans gaullistes. Les Américains sont omniprésents et préparent le débarquement en Italie. Après avoir à nouveau refusé de faire le « clown » au théâtre des armées, Gabin est affecté comme instructeur au centre Sirocco,(cap Matifou ) l'école des fusiliers-marins, qui formait les marins français qui allaient par la suite se battre pour libérer la France , Il voudrait bien faire oublier son statut de vedette de cinéma afin d'obtenir une place dans le combat en Europe. Cette volonté de discrétion est mise à mal avec le passage de Marlène Dietrich à Alger, qui en profite pour aller embrasser son Français préféré.

 

010_marlene-dietrich-et-jean-gabin_theredlist

Jean Gabin et Marlène Dietrich

Le soir, Gabin prenait un petit bateau pour rejoindre Alger où elle l'attendait, L'actrice, très engagée contre les nazis, retrouvera ainsi Jean Gabin à plusieurs moments de la guerre (à Alger, puis en Alsace et en Allemagne).

Témoignage ici :Témoignage_Vincent_Viudes

Après son passage à Alger, il suit une formation de conducteur de tank. Plus tard, il servira comme chef de char. En 1945, il prend part à la libération de la poche de Royan et à la campagne d’Allemagne. Il est démobilisé en juillet 1945. Il est toujours resté discret sur ses faits d’armes.

Sources  :http://www.rbfm-leclerc.com/gabin.html

http://www.livresdeguerre.net/forum/contribution.php?index=22816

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-35008763.html

Centre sirocco :http://cdojaubert.canalblog.com/archives/2007/01/17/9569043.html

 

Posté par Algerazur à 06:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 janvier 2015

voeux 2015 - Copie

Posté par Algerazur à 05:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]



25 décembre 2014

Souvenirs ...Noël à Alger

Joyeux Noel-Alger

 

photos er cartes postales d'Algérie, d'avant 1962.....sur la sublime musique de Jean Pax Meffret...
https://www.facebook.com/toutjeanpax?...

Posté par Algerazur à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2014

L'Algérie en hiver

 

Ténès -neige-2005

    Neige à Ténés en 2005                        

                                                         

chrea_b15

Station de Chrea

- Voir plus ici :http://algeriadz.com/sites_under.php?site=15

La côte méditerrannéenne

La douceur de l'hiver reste indéniable sur les rivages algériens. Les températures moyennes sont en effet comprises entre 9 et 11°C la nuit, 16 et 17°C la journée; il est cependant possible de voir apparaître un peu de gelée blanche au petit matin au cours du mois de janvier, mois le plus froid.
L'hiver est aussi la saison des pluies, la quantité d'eau reçue au cours d'un mois d'hiver étant alors deux fois supérieure à celle qui tombe à Paris à la même saison. Ces précipitations prennent le plus souvent la forme d'averses intenses, souvent orageuses (on note 3 jours d'orage en janvier à Alger), mais de courte durée: il est ainsi relativement rare de passer une journée entière sous un ciel gris et pluvieux.
A cause du relief proche, la région d'Alger est deux fois plus arrosée que celle d'Oran.
Décembre et janvier sont les deux mois les plus pluvieux de l'année, mais les séries d'averses laissent cependant une large place au soleil qui brille en moyenne 5 à 6 heures par jour au long de l'hiver.
Côté vents, les vents d'ouest sont les plus forts et les plus fréquents à cette saison, alors que la température de l'eau de mer se situe autour de 14°C en février.

La chaîne de l'Atlas et les plateaux intérieurs

L'hiver est également la saison où tombent les précipitations sur l'Atlas Tellien principalement (le plus proche de la bordure côtière).
Dès 1000 mètres d'altitude, il n'est pas rare de voir des chutes de neige et l'on peut ainsi skier sur quelques pentes enneigées non loin d'Alger.
Par contre cette première barrière montagneuse marque un frein aux précipitations: elles sont 7 à 8 fois inférieures à Biskra (au sud du massif des Aures) qu'à Constantine (700 mètres d'altitude, plus proche de la Méditerranée).
Comme sur le littoral, les journées sans soleil sont rares, l'ensoleillement atteint une moyenne de 5 heures par jour.

Le Sahara (jusqu'au 30ème parallèle)

C'est en hiver que la chaleur est la plus supportable: il fait en moyenne 17 à 20°C au maximum de la journée à Ouargla, avec une humidité relativement faible; par contre les nuits sont relativement froides, il peut même geler en décembre et en janvier.
L'ensoleillement est maximum, entre 9 et 10 heures de soleil par jour en moyenne.
Quant aux précipitations, elles sont très faibles mais tombent plutôt en hiver, des orages ponctuels faisant parfois déborder les oueds.
Les vents sont globalement moins violents à cette période là de l'année mais connaissent une recrudescence en février.

 

Posté par Algerazur à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2014

15 Novembre 1914-Jour du baptème d'Albert Camus

 

Eglises-St charles-Ste bonaventure -Alger

 

Le 15 novembre 1914,Albert Camus fut baptisé, en l'église Ste bonaventure,à Alger, et fit sa confirmation dans la même église le 18 mai 1923,contrairement à ce que l'on pourrait retenir en lisant le premier homme,comme en attestent les registres paroissiaux,(Article publié dans le n° 36 de La Société des Études Camusiennes le 01/1995)

Voir ici résultat des recherches ▼

Albert_Camus_Communion_solennelle1

Autres articles  sur le blog ▼

http://algerazur.canalblog.com/archives/2009/03/01/12748720.html

http://algerazur.canalblog.com/archives/2008/01/24/7676138.html

http://algerazur.canalblog.com/archives/2011/08/02/21627669.html

http://algerazur.canalblog.com/archives/2010/01/04/16444901.html

http://algerazur.canalblog.com/archives/2013/01/02/26051095.html

http://algerazur.canalblog.com/archives/2009/03/01/12748720.html

http://algerazur.canalblog.com/archives/2010/01/16/16540536.html

http://algerazur.canalblog.com/archives/2009/11/22/15883343.html

http://algerazur.canalblog.com/archives/2009/12/01/15994447.html

Posté par Algerazur à 05:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 octobre 2014

24 octobre 1870,les juifs d'Algérie deviennent Francais

24 octobre 1870, Crémieux donne la citoyenneté française aux Juifs d’Algérie



Cremieux_136

Le 24 octobre 1870, un décret donne la citoyenneté française aux 37.000 Juifs d’Algérie.

Dans la foulée, les colons originaires d’Europe (Italie, Espagne, Malte…) sont aussi francisés en bloc. Quant aux musulmans d’Algérie, ils sont maintenus dans le statut d’indigène. C’est le début d’une fracture douloureuse et irréductible entre les deux communautés.

L’une des premières décisions de la République

Le décret concernant les Juifs d’Algérie est promulgué à Tours, où s’est réfugié le gouvernement de la Défense nationale qui a succédé à l’Empire après la défaite de Sedan. Il peut être considéré comme l’une des premières grandes mesures de la IIIe République.

Adolphe Cremieux

Sa paternité en revient au ministre de la Justice, Isaac Adolphe Crémieux, l’un des chefs du parti républicain. C’est le fils d’un commerçant juif de Nîmes. Juriste et philanthrope de 74 ans, il bénéficie d’une grande réputation d’intégrité dans le pays.

En 1863, suite à l’émotion soulevée par l’affaire Mortara, il avait participé à la création de l’«Alliance israélite universelle» et avait été porté à sa présidence, avec l’objectif de protéger les Juifs où qu’ils soient.

Du royaume arabe à la colonie

Dans les années 1860, prenant acte de la fin de la conquête de l’Algérie, Napoléon III préconise l’instauration d’un royaume arabe sous protectorat français, un peu comme il en ira plus tard avec le royaume du Maroc. Lui-même aurait eu le titre de «roi des Arabes».

Par le senatus-consulte (décret impérial) du 14 juillet 1865, d’une grande générosité, les musulmans d’Algérie se voient reconnaître la nationalité française sans qu’il leur soit nécessaire de renoncer à la loi coranique : «L’indigène musulman est Français, néanmoins il continuera d’être régi par la loi musulmane. Il peut sur sa demande être admis à jouir des droits du citoyen ; dans ce cas il est régi par les lois civiles et politiques de la France». La nationalité fait d’eux des sujets français mais non des citoyens ; elle ne leur accorde pas le droit de vote.

Le projet se heurte à l’opposition violente des colons européens. Ces derniers, qui se situent du côté de la gauche républicaine, seront parmi les plus ardents à combattre Napoléon III et à se réjouir de sa chute.

La IIIe République, qui succède au Second Empire, prend le contrepied de la politique napoléonienne en intégrant plus étroitement l’Algérie à la France. Mais avec le décret Crémieux, elle établit une discrimination inédite entre les juifs, élevés au rang de citoyens français, et les musulmans.

- les Juifs :

Une partie des Juifs sont établis en Afrique du Nord depuis la première diaspora, au Ve siècle avant JC. Ils sont à l’origine d’une langue aujourd’hui perdue, le judéo-berbère. Les autres sont originaires d’Espagne d’où ils ont été chassés en 1492. De là leur appellation de juifs sépharades (d’après le nom de l’Espagne en langue hébraïque).

La «francisation» des uns et des autres avait débuté dès le lendemain de la prise d’Alger, avec le concours actif des israélites de la métropole et du Consistoire central de France. Celui-ci obtient dès 1832 le droit de fonder en Algérie des écoles mixtes, avec enseignement donné en français. Comme en France, les Juifs d’Algérie se font représenter par des consistoires à partir de 1844.

- les musulmans :

Les musulmans, très majoritaires, sont issus des populations kabyles, des envahisseurs arabes ou encore des esclaves enlevés sur les côtes européennes jusqu’au XVIIIe siècle et convertis de force. Ils restent globalement fidèles à leurs coutumes et en particulier au droit coranique.

Exacerbation des tensions communautaires

Le décret Crémieux offre la citoyenneté pleine et entière aux Juifs d’Algérie sous réserve du renoncement à la loi mosaique et à ses prescriptions contraires au droit civil en matière matrimoniale (ce renoncement avait déjà été entériné sous le Premier Empire par les consistoires métropolitains).

Pétri de bonnes intentions et de préoccupations électorales moins avouables, notamment à Oran où les israélites sont nombreux, le décret s’avère porteur de semences empoisonnées. Il consacre en Algérie la rupture entre les colonisés (exclusivement musulmans) et les colonisateurs, qui viennent d’Europe et auxquels s’assimilent désormais les Juifs.

Dès l’année suivante, encouragé par la défaite de la France face à la Prusse, un notable musulman, le bachagha El Mokrani, soulève 250 tribus contre le gouvernement français. Sa révolte conduit le 8 avril 1871 à la proclamation de la guerre sainte par le grand maître d’une confrérie musulmane, Cheikh El-Haddad. Un tiers de la population musulmane entre alors en rébellion.

Le chef du gouvernement provisoire, Adolphe Thiers, dépose le 21 juillet 1871 un projet d’abrogation du décret Crémieux mais celui-ci est repoussé sous la pression du banquier Alphonse de Rothschild.

En France, où toute forme d’antisémitisme avait disparu sous la Restauration monarchiste et le Second Empire, le décret entraîne paradoxalement une mise en lumière des Juifs. L’antisémitisme apparaît avec force sous la IIIe République, à la faveur du scandale de Panama, qui précèdera de peu l’affaire Dreyfus.

Les colons européens d’Algérie se montrent plus réceptifs que quiconque aux discours antisémites. C’est ainsi qu’en 1898, en pleine affaire Dreyfus, ils élisent Édouard Drumont, éditeur du journal antisémite La Libre Parole, comme député d’Alger.

Joseph Savès – © herodote.net

Voir aussi...Ses mandats à l'Assemblée nationale →http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=8582

Posté par Algerazur à 11:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 octobre 2014

Inauguration de la statue des rapatriés à Alicante

En avril 1939,l'Algérie accueillait des réfugiés Espagnols.....En 1962,l'Espagne accueillait leurs enfants......

http://algerazur.canalblog.com/archives/2014/03/11/29412070.html
    

Statue rapatriés -Alicante                                    Statue qui sera dévoilée le 4 octobre  

 GRACIAS ALICANTE !

C´est avec ces mots que les Pieds-Noirs d´Alicante offriront, Samedi 4 octobre 2014 ,à cette charmante ville méditerranéenne deux sculptures symboliques réalisées par un artiste local qui laisseront, face à l'Histoire et aux générations  futures, un témoignage de ce que fut notre drame algérien, notre exode de ce côté-ci de la Méditerranée et l´accueil chaleureux de la population alicantine.
Cette initiative, prise par le comité du Cinquantenaire créé en 2012 sur une initiative de M. Guy Huertas, et placée sous l'égide de la Maison de France, prévoit une série de manifestations qui, dès maintenant, accompagneront ce don à Alicante et sa région, tout en exaltant l'intensité du souvenir commun.

L'inauguration doit avoir lieu sur le port , face à la Méditerranée et à l’Algérie

Ces magnifique sculptures, de 2,3 mètres de hauteur,ont été réalisée par Toni Mari Sart. Elles représentent un habitant d’Alicante ouvrant ses bras pour accueillir un « Pied-Noir » débarquant d’Oranie avec son maigre bagage.

Cette manifestation sera un grand succès et l’occasion de prouver aux Alicantinos et Alicantinas que la reconnaissance des « Pieds-Noirs » sera éternelle parce qu’ils n’oublieront jamais !

52 ans plus tard, il est nécessaire de rappeler que plus de 30000 « Pieds-Noirs », « colons » qui, génération après génération ont construit l’Algérie Française et pour la grande majorité d’origine espagnole ont choisi de rejoindre l’Espagne plutôt que la France métropolitaine. Heureuse a été leur décision car ils ont été reçus par les espagnols comme leurs enfants, leurs frères, leurs familles.

Organisée par « La maison de France » d’Alicante sous le parrainage de la Mairie d’Alicante.Le sculpteur...

voir → Programme_Statue_Alicante_

   Le sculpteur...▼                                    

   http://www.tonimari.es/galeriae.htm

 

Posté par Algerazur à 05:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]



Fin »