Algerazur

04 octobre 2021

La Kabylie

 

Chabet_El_Akra,_gorges_de_Kerrata-3

                                        Gorges de Kerrata

La Kabylie(extrait d'un livre de R.de Bonand/1912,acheté dans une brôcante)

Gorges du chabey-el-akra

La Kabylie,qui commence à quelques cinquante kilomètres d'Alger,se termine de l'autre côté,à Bougie.Cette dernière ville,placée sur le versant d'une montagne,s'élèvant en presqu'île au milieu de la mer,a l'aspect d'une ville des lacs italiens.

C'est de Bougie,aprés avoir parcouru la route de la corniche algérienne,que l'on peut aller à Sétif par les gorges du Chabet el Akra.

Ces gorges ont huit kilomètres de longueur et de chaque côté de la route qui serpente le long du torrent se dressent les murailles verticales de montagnes de 1500 mètres de hauteur.Finie seulement en 1870,cette route permet au touriste de voir une des merveilles de l'Algérie.C'est une nouvelle variété de ces merveilles et elle laisse derrière elle toutes les gorges de Suisse et du Tyrol.

Toute la côte est essentiellement pittoresque et aussi le pays qui s'en rapproche.

Constantine,sur un rocher que le Rummel entoure de trois côté à 200 ou 300 mètres de profondeur,est une forteresse naturelle,accessible seulement du côté de Sétif,par un passage étroit.On se demande comment les Français purent jamais s'emparer de la ville.Il est vrai que les Arabes étaient bien mal commandés par ce Bey Ahmed dont on peut comprendre le caractère et l'existence en visitant son superbe palais.Ahmed aimait le luxe et la vie façile,mais n'était pas préparé pour une lutte contre de tels ennemis.Il construisit son palais durant les années qui précédèrent la prise de Constantine.

C'est ,en Algérie,le plus complet spécimen d'un grand palais arabe et on peut dire que c'est le seul de cette dimension.

Les murs sont recouverts de vieilles faïences admirables qu'Ahmed avait pris chez de riches habitants de Constantine.

Les colonnes de marbre des cours proviennent ,en partie des ruines romaines de Djilma.

La reconstitution de la vie du Bey, et de ses femmes,véritables esclaves,est façile à faire dans ce milieu.

Des fresques assez curieuses par leur simplicité et leur origine,recouvrent les murs du portique entourant la grande cour.Elles sont l'oeuvre du cordonnier français Lelong,prisonnier et esclave d'Ahmed pendant dix ou quinze ans,mais à qui il rendit la liberté comme récompense sans doute de son oeuvre.Ces fresques représentent les principales villes de l'Islam

Voir : http://www.adnsolution.net/constantine/

         http://www.constantine-hier-aujourdhui.fr/LaVille/palaisdubey.htm

Posté par Algerazur à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 septembre 2021

Leon Lesca..du port d'Ager au cap ferret

Léon Lesca, entrepreneur de travaux publics, originaire de La Teste, obtint, sous Napoléon III l’adjudication des travaux du port d’Alger, et de la voie ferrée Constantine- Philippeville.De retour dans son pays natal, il acheta aux enchères publiques, dans la presque‘île du Cap Ferret, ( avec son frère Frédéric) la moitié orientale de la forêt domaniale de la Garonne, dont l’Etat venait d’autoriser le déclassement, après le vote de lois spéciales en 1860 et 63 . Il devint ainsi le propriétaire d’un vaste propriété en bordure du Bassin, entre Claouey et Belisaire. En 1865-66 il fit construire sur les terrains qu’il venait d’acquérir, au lieu-dit Gnagnotte, une villa de style mauresque, en souvenir des années passées en Algérie.

Villa-algerienne

La plus ancienne photo de la Villa Algérienne

villa algerienne nord sud

Une autre vue Nord- Sud..

Le Cap Ferret était alors un désert habité seulement par les gardiens du phare et du sémaphore,quelques douaniers et garde forestiers. Il n’existait ni route ni chemin, et le village le plus proche, Lège, se trouvait à 15kms .Les matériaux nécessaires à la construction furent acheminés par bateau depuis le port de La Teste. Au début simple pavillon de chasse, la Villa devint par la suite

le poste de commandement d’un vaste domaine. Léon Lesca exploita la forêt et les parcs à huîtres, créa des réservoirs à poissons , planta un vignoble, construisit une école, une jetée, une douzaine de logements pour son personnel, plus tard une chapelle et un presbytère . Autour de la villa, il fit aménager un parc de 25 hectares, planté d’espèces rares, et un vaste potager. C’est lui qui introduisit le Yucca et le Mimosa dans le pays..

Villa algérienne-arrière

L’arrière de la Villa. , vue du parc, côté Ouest.

Conseiller général du canton de La Teste pendant vingt cinq ans, administrateur des orphelinats de Gironde, grand propriétaire foncier, créateur d’une société de protection des parqueurs, et de la Société du vapeur « Courrier du Cap », Léon Lesca est mort à la Villa Algérienne en 1913, à l’âge de 88 ans.. La Villa Algérienne (avec ses dépendances ), est restée en indivision entre ses enfants . En 1940 , la maison a été occupée par les Allemands ..Le parc nécessitait les soins attentifs de plusieurs jardiniers , dès qu’il a été abandonné; il est rapidement retourné à l’état sauvage, et s’est transformé en une sorte de jungle poétique et folle, envahie par les lianes et les ronces……A la Libération, la villa elle- même était dans un état de délabrement avancé, il aurait fallu entreprendre de très importants travaux de restauration, d’autant qu’elle était rongée par les termites. Lors du partage intervenu entre les héritiers Lesca, la villa a été tirée au sort, et c’est  Frantz Lesca, qui l’ a trouvée dans son lot. Il habitait au Maroc et ne voulait pas s’encombrer d’une pareille charge, il s’en est donc débarrassé au plus vite , en la vendant à des hôteliers-restaurateurs Ceux ci ont fait de mauvaises affaires; (le Cap Ferret n’était pas encore à la mode dans les années soixante), ils ont vendu à leur tour, cette fois ci à des promoteurs qui se sont empressés de démolir la Villa (1966) pour la remplacer par le bloc de béton que l’on voit aujourd’hui ….

la villa a laissé place à un immeuble où, depuis, séjournent les touristes. Ils ont une belle vue. Ceux qui sont au pied de l’immeuble …▼

construction

Chapellle villa algerienne-cap ferret

                Chapelle de la villa Algérienne rescapée de la démolition(Photo récente  )

En savoir plus→source :https://www.sudouest.fr/2016/11/15/bassin-d-arcachon-la-villa-algerienne-du-cap-ferret-a-ete-detruite-il-y-a-50-ans-2568213-2733.php?nic

Voir aussi :https://www.bassindarcachon.com/histoire_locale.aspx?id=20

Posté par Algerazur à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 août 2021

15 Aout 1944-Les troupes d'afrique à l'assaut du Cap Nègre

Débarquement des troupes d'Afrique en Provence

Armée d'Afrique

Le Cap Nègre, est devenu le lieu de résidence préféré du Chef de l'Etat français,Nicolas Sarkosy. Appartenant à la famille Bruni-Tedeschi depuis 1970, la solide batisse surmontée de deux tours est bâtie sur un promontoir rocheux, au coeur d'une pinède, avec une vue panoramique sur la Méditerranée.

cap nègre

C'est par l'escalade du cap Nègre le 15 aout 1944,à minuit, que commença la libération de la Provence.

Voir: http://67400.free.fr/monsiteweb/commandos_afrique.htm

Le débarquement de Provence, le 15 août 1944, avait permis d'ouvrir un deuxième front en France après le débarquement du 6 juin 1944 en Normandie. De juin 1940 à mai 1945, cinquante-cinq mille Algériens, Marocains, Tunisiens et combattants d'Afrique noire furent tués. Vingt-cinq mille d'entre eux servaient dans les rangs de l'armée d'Afrique. Cette armée compta quatre cent mille hommes, dont cent soixante-treize mille Africains, cent soixante-huit mille Français d'Afrique(en majorité d'Afrique du nord). (Source:le monde)

Posté par Algerazur à 00:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 août 2021

Paul Masson coureur cycliste aux premiers jeux olympiques

Paul Masson

Paul Masson ,né le 11 octobre 1876,à Mostaganem,était peu connu avant les Jeux olympiques de 1896, mais à Athènes, il a remporté trois des six compétitions cyclistes programmées : il a remporté le contre-la-montre, le 2 000 mètres de vitesse et le 10 000 mètres sur piste.

Avec trois médailles d’or remportée lors des six épreuves des Jeux olympiques d’Athènes 1896, Paul Masson est alors considéré comme le meilleur cycliste des premiers Jeux de l’ère moderne.

Cet étudiant en médecine s’impose dans l’épreuve de vitesse sur 2000 m, sur 10.000 m et la vitesse contre-la-montre. Ses victoires sont remportées aux dépens de cyclistes grecs. Il y a notamment Stamatios Nikolopoulos, deux fois médaillé d’argent en vitesse et contre-la-montre.

Lors du 10.000 m Masson devance son compatriote Léon Flameng. Ce dernier sera vainqueur quelques jours plus tard du 100 km sur piste.

Après les Jeux olympiques, Masson deviendra professionnel et changera son nom en Paul Nossam (Masson épelé à l’envers). Il ne remportera aucun succès majeur. Son meilleur résultat est une troisième place aux Championnats du monde de sprint professionnel de 1897 à Glasgow, en Écosse.

Voir aussi : https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Masson_(cyclisme)

 

 

Posté par Algerazur à 06:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 juillet 2021

27 juin 1962- L'Espagne au secours des Pieds noirs abandonnés par la France

27 juin 1962 : deux navires espagnols sauvent plus d’un millier d’Oranais

 

Bateaux espagnols Oran 1962

Ils attendaient là, assis sur des caisses, entourés de vieilles valises, de ballots, de couffins, quelquefois de petits cadres de bois faits à la main, étouffants dans la chaleur de l’été, espérant un signe, un ordre de dernière minute, quelqu’un qui leur dirait : « Embarquez ! ».

De Gaulle avait donné l’ordre au gouvernement français de ne pas utiliser les navires de guerre pour abréger leur attente et, sur son ordre, le gouvernement avait refusé l’offre de compagnies de navigation étrangères qui souhaitaient apporter leur aide.

Il était allé bien plus loin en demandant aux compagnies de navigation, la Transat, la Compagnie de Navigation Mixte et la Société Générale des Transports Maritimes, de réduire le nombre de rotations hebdomadaires (il y en eut 16 en février, 7 en mars et seulement 3 en avril) afin de ralentir le rapatriement et d’empêcher une arrivée massive de Français d’Algérie.

Les vols d’Air France et Air Algérie étaient également réduits de moitié. Cette politique d’abandon, totalement programmée par le chef de l’État, a coûté des centaines de vies humaines.

Peu lui importait qu’ils soient massacrés sur place, sur les quais.

Fort heureusement et très courageusement, contre les ordres reçus, les commandants de quelques bateaux acceptèrent beaucoup plus de passagers que la limite maximale autorisée. Ainsi le « Jean Laborde» des Messageries Maritimes quittait les quais d’Oran en direction de Marseille avec 1 430 passagers au lieu des 420 autorisés.

Ce fut le cas dans tous les ports d’Algérie avec les « Ville de Bordeaux», « Ville de Tunis», « El Djezair » et surtout le « Kairouan » qui battait tous les records avec plus de 1 900 passagers sur une capacité de 1 172 places.

Le « Cambodge » avait lui une capacité de 440 passagers. Alors qu’une fusillade éclatait sur les quais, faisant plusieurs victimes, le capitaine permettait à 1 233 personnes d’embarquer.

Le « Lafayette » en avait pris 1 200 et le « Kairouan » 2 200.

Les commandants et les équipages de ces bateaux ont eu une conduite exemplaire et patriote, contre les ordres du gouvernement et du chef de l’État et ils ont sauvé des centaines de vies humaines.

Alors que la France abandonnait à la furie sanguinaire du FLN et de l’ALN des milliers de citoyens français, l’Espagne envoyait plusieurs navires civils et deux navires de guerre pour aider le départ des Oranais (il est vrai qu’en 1962 les Martinez, Gomez, Fernandez, Lopez et autres Segura n’étaient que des Français…d’origine espagnole. Ce qui n’était pas le cas lorsqu’ils versaient leur sang pour libérer la France lors des première et seconde guerres mondiales).

Le 27 juin, deux navires de guerre espagnols se présentaient à l’entrée du port d’Oran dans le but de transporter le maximum de Français d’origine espagnole vers la péninsule ainsi que les derniers partisans de l’OAS.

Le général Katz, responsable militaire, sur ordre du gouvernement français, leur interdisait de pénétrer dans le port sous le prétexte absurde « que l’on n’avait pas besoin d’eux ».

Ces deux navires de guerre ont récupéré plus d’un millier de personnes qui avaient réussi à se rendre « par leur propre moyen » à la limite des eaux territoriales.

Des CRS ont voulu monter à bord afin de contrôler les identités mais les capitaines de ces deux navires de guerre leur en ont interdit l’accès : « Vous êtes ici en territoire espagnol ! »

Plusieurs centaines d’Oranais n’ont pas eu la chance de quitter leur ville entre ce 27 juin et le 5 juillet 1962 et ils furent massacrés dans des circonstances abominables.

L’Algérie française c’était fini, de Gaulle l’avait finalement liquidé mais dans quelles conditions ?

Voici l’appréciation que l’ancien ministre résidant de l’Algérie, Robert Lacoste, gouverneur général jusqu’au 13 mai 1958 et député socialiste, donc pas très favorable à la colonisation, a porté sur de Gaulle : « De Gaulle a fini la guerre d’Algérie comme un charcutier ».

Il estimait donc, à juste titre d’ailleurs, que de Gaulle avait du sang sur les mains.

C’est en tous les cas l’interprétation que je me fais de sa déclaration.

Il est vrai qu’il aurait pu tout aussi bien dire : « comme un boucher ». Cela aurait été plus approprié !

Manuel Gomez

PS : Le mardi 17 juillet 1962, 3 400 personnes, qui attendaient sur les quais depuis dix jours, avaient pu enfin embarquer et échapper ainsi à un massacre certain.

Voir aussi : http://magoturf.over-blog.com/2021/07/l-espagne-sauve-les-oranais-sacrifies-par-katz-et-de-gaulle.html

Posté par Algerazur à 06:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


03 juillet 2021

Algérie indépendante dés le 3 juillet 1962

La date de la proclamation de l'indépendance de l'Algérie est bien le 03 juillet et non le 05. (date imposée par le gouvernement Algérien,, et jour du massacre d'Oran,)

En effet ,le 3 juillet 1962,le Général De Gaulle adressait cette lettre à Abderrahmane Fares,président de l'éxécutif provisoire à Rocher noir,(actuellement "Boumerdes")

Rocher noirCapture

Siège exécutif provisoire-Rocher noir 1962

 

 

Source : journal officiel de l'état algérien..

http://www.joradp.dz/JO6283/1962/001/FP5.pdf

 

CaptureAbVoir ici :Réponse_d'Abderrahmane_Fares

 

 

Posté par Algerazur à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 juin 2021

Alger 17 Juin 1962..Cessez le feu OAS-FLN

 

Comme ils le font tous les soirs, de nombreux Européens de la capitale écoutent  la radio...

 

mostefai_0

Il est 20 heures 30, ce 17 juin 1962 à Alger. Ceux qui ne sont pas au courant des négociations qui se tramaient depuis plusieurs semaines entendent, stupéfaits, un porte-parole annoncer d’une voix grave:

« Aujourd’hui, 17 juin, à midi, à l’issue d’entretiens auxquels l’OAS a participé, le FLN vient, par la voix de son délégué général, de définir les bases d’un accord entre Algériens. Le haut commandement de l’armée secrète donne l’ordre à partir de ce soir de suspendre les combats et d’arrêter les destructions».
Il avai été seulement convenu que Mostefaï, Susini et Chevallier prendraient la parole officiellement pour se féliciter de la fin des hostilités. Il faudra malgré tout encore plusieurs jours, et une nuit,  pour que Mostefaï accepte de citer le nom de l’OAS dans son allocution. Ce qu’il fera le 17 juin en s’adressant directement aux Européens d’Algérie:
«C’est une page de l’histoire de notre pays que nous allons tourner […] Je sais le désarroi  dans lequel vous êtes. Vous vous posez des questions sur votre avenir dans ce pays. Ces sentiments ont été exprimés   par les dirigeants des organisations syndicales et professionnelles, et en particulier par les dirigeants de l’OAS, avec lesquels nous nous sommes entretenus. Si j’ai participé à ces entretiens, c’est parce que leur utilité  a été reconnue par les dirigeants algériens».

C’est dit! 

«Algériens d’origine européenne, conclut Mostefaï, au nom de tous vos frères algériens, je vous dis, que si vous le voulez, les portes de l’avenir s’ouvrent à vous comme à nous. Que ce soir, que demain cessent les dernières violences, les derniers meurtres, les dernières destructions ».

Le porte-parole de l’OAS lit d’abord deux messages codés, dans le style de Radio-Londres. «Pour le renard des sables et pour le fennec : les briquets ne doivent pas être allumés» (traduction: on ne fait pas sauter les puits de pétrole) et «Les piscines doivent rester pleines» (Ne pas toucher aux barrages).

D’une voix grave il annonce alors que les dirigeants de l’armée secrète ont décidé de suspendre les combats. La guerre d’Algérie est terminée. Et Alger n’a pas brulé.

 Cet accord ne suffira pas à rassurer les Pieds Noirs. Ils n’y croient plus et quittent à jamais l’Algérie. Jean-Jacques Susini partira, lui, à la mi-juillet pour poursuivre une vie de clandestin. Condamné deux fois à mort par contumace, notamment pour avoir commandité l’attentat du Mont Faron contre le général de Gaulle en 1964, il sera amnistié en 1968. Il vit actuellement à Paris.

Le docteur Mostefaï,  à qui on reprochera longtemps ces négociations avec l’OAS, vit entre Paris et Alger. Jacques Chevallier, qui avait choisi la nationalité algérienne, est mort à Alger en 1971.

José-Alain Fralon

Source :http://www.slate.fr/story/57767/guerre-algerie-oas-fin

Pour la petite histoire : Les accords de dernière heure survenus entre JJ Susini(OAS) et le Dr Mostefai(FLN) ont été surnommés "accords de Ben Haroun",par dérision par rapport aux accords d'Evian,trois mois plus tôt.....

Plus de détails ici

- PDF→Accord_OAS_FLN_17_juin_1962_1

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chawki_Mostefa%C3%AF

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Jacques_Susini

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Chevallier

 

Revoir :  http://algerazur.canalblog.com/archives/2012/06/17/24325562.html

Posté par Algerazur à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 mai 2021

Albert Camus et le pataouète

Albert CAMUS « mi patuet »

source :http://lesamisdalgerianie.unblog.fr/2017/01/17/albert-camus-mi-patuet/

Albert CAMUS , mon pataouète , my compatriot , mi paisano ,

connaissait et utilisait le PATAOUETE

 

 

caricature

caricature

Alors Coco y s’avanœ et y lui dit: « Arrête un peu, arête « 

 L’autre y dit: « Qu’est-ce qu’y a ? »

Alors Coco y lui dit: « Je vas te donner des coups.
« A moi tu vas donner des coups? « 
 
Alors y met la main darrière, mais c’était scousa.
 
Alors Coco y lui dit:  » Mets pas la main darrière, parce qu’après j’te choppe le 6,35 et t’y mangeras des coups quand même. « 
 
L’autre il a pas mis la main.

Et Coco, rien qu’un, y lui a donné pas deux, un. 
L’autre il était par terre. « Oua, oua « , qu’y faisait.
 
Alors le monde il est venu. La bagarre, elle a commencé.
 
Y en a un qui s’est avancé à Coco, deux, trois.
 
Moi j’y ai dit: « Dis, tu vas toucher à mon frère?
« Qui, ton frère? »
 
« Si c’est pas mon frère, c’est comme mon frère.
 « 
Alors j’y ai donné un taquet. Coco y tapait, moi je tapais, Lucien y tapait.
 
Moi j’en avais un dans un coin et avec la tête: « Bom, bom. »
 
Alors les agents y sont venus. Y nous ont mis les chaînes, dis !
 
La honte à la figure, j’avais, de traverser tout Bab-el-Oued. Devant le Gentleman’s bar, y avait des copains et des petites, dis ! La honte à la figure !
Mais après, le père à Lucien, y nous a dit: « Vous avez raison. « 

Posté par Algerazur à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 avril 2021

Jacques Missé et Le Glaive du débarquement du 8 novembre 1942

 

Jacques Missé

 Jacques Missé près de La biche couchée à Broût-Vernet

(cliché : famille Missé)


Jacques Missé est né le 24 décembre 1919 à Alger.

Il fit ses études à Alger puis devança l’appel, intégrant dans les troupes du Génie quelques mois avant la guerre.

Après sa démobilisation, il décida de s’engager dans la voie de l’art, et plus particulièrement de la sculpture.

Dès 1945, il obtint le Grand prix de la Ville d’Alger pour Le mendiant,

Il va dès lors recevoir des commandes d’État et réaliser en 1946 la dalle sacrée du Forum d’Alger ;

En 1947,le monument de la Gloire au génie pour l’entrée du camp militaire Basset de Beni Messous ...

et des Fables de La Fontaine pour une école primaire d’Alger .

Avenue-du-8-novembre-Alger - Copie

Glaive du débarquement - Copie

en 1955 le monument du débarquement des Forces alliées en Afrique du Nord, érigé à Alger,avenue du 8 novembre 1942, mais aujourd’hui détruit ,

Glaive débarquement-Alger

 C’est un drame familial qui conduit Jacques Missé en Bourbonnais. En 1958, son épouse meurt en accouchant de leur fils Pierre ; l’enfant est de santé fragile et son père décide, après avis médical de regagner la métropole et de s’installer l’été à Broût-Vernet (près de Vichy dans l’Allier), où la famille possédait une vieille ferme, et l’hiver au Cannet-Rocheville (dans les Alpes-Maritimes).

C’est ainsi que de nombreuses statues publiques sont visibles dans le département de l’Allier :

- à Broût-Vernet bien sûr où au printemps 2008 les statues ont été nettoyées et protégées :

 

biche-couchee

 La biche couchée

(place de la Croix Rouge) ;

ste Rita

Sainte Rita

(place de l’Église) ;

 Vierge st paul

 La Vierge des Saints-Paul

(lieu-dit Les Saints-

Paul) ;

St pierre de chausse courte

 Saint Pierre

(lieu-dit «Chaussecourte») ;

Jacques Missé est décédé  à Antibes , le 21 avril 1998 et repose dans la sépulture familiale à Broût-Vernet

 

Caveau Missé

 

Sources :Exposition_Jacques_Misse

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Hennequin

 

 

Posté par Algerazur à 05:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

02 mars 2021

Alger-notre "Champ de manoeuvre"

 

Tour de parachutage

 En 1950,pas encore de deltaplane! à Alger nous avions autre chose qui nous émerveillait: la tour de l'école de parachutage du champ de manoeuvre,ce quartier cher à tous les Algérois,car lieu mythique ou  les cirques s'installaient lorsqu'ils venaient.il y avait aussi les terrains de boules,les marchands de glaces et  de barbe à papa.C'était aussi un lieu de promenade ou les grands parents accompagnaient leurs petits enfants,où les mamans promenaient les landaus.Une pensée aussi pour le " Pitalugue " ….Bâteau pour enfants du bassin …..Non loin de là ,le foyer civique accueillait les expositions.Lors de l'entraînement à la tour de parachutage,il y avait toujours  des spectateurs,en majorité des enfants qui laissaient voir leur joie à l'ouverture du parachute.En 1943,les militaires parachutistes s'entraînaient  là, avant d'effectuer leurs premiers saut depuis un avion,en vue du débarquement de Provence...

Pitalugue

                                                            le " Pitalugue "

 

Posté par Algerazur à 07:33 - - Commentaires [88] - Permalien [#]