Algerazur

05 octobre 2018

Indicatif Radio Alger

Souvenir.....l'indicatif de Radio Alger
Radio Alger, dont les studios étaient situés rue Hoche, face au lycée Gautier, diffusait les succès de l’époque.

 

Poste de radio des années 50/60 (celui de mes parents)▼

poste de radio schneider -1958

 

Posté par Algerazur à 07:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 septembre 2018

19 septembre 1944,l'Armée B prend le nom de 1ère Armée

   ...Le 19 septembre 1944, l'Armée B prend le nom de Première Armée française. La décision est ratifiée par le Général de Gaulle le 24 septembre.

"L’ "Armée B" – le terme générique pour désigner le commando d’Afrique – débarque en Provence à partir du 16 août, sous les ordres du général de Lattre de Tassigny, avec "50% de combattants maghrébins, 30 % de Pieds-Noirs, 10% d’Africains et d’Antillais et 10% de métropolitains

Toulon fut libérée le 27 août et Marseille le 28. Il n'avait fallu que treize jours aux premiers éléments de cette armée, moins de 30 000 hommes, pour remporter simultanément deux batailles d'importance, sur un front de quatre vingt dix kilomètres.

Gal Monsabert-Marseille -1944

Voici ce qu'a dit le Général de Monsabert qui conduisit l'Armée d'Afrique à l'assaut pour libérer la France :
"Tous unis, chrétiens, musulmans, israélites, vous étiez venus écarter les voiles de deuil de la mère patrie, briser ses chaînes de captive et lui rendre la vie, cette vie que 130 ans plus tôt elle vous avait donné.
C'est l'Afrique Française, l'armée d'Afrique, l'armée de votre sang et de votre amour qui a accompli le miracle.
Quelle amère destinée que la vôtre !! Vous n'avez trouvé d'autre reconnaissance que l'arrachement de votre sol et de vos biens, l'éloignement de vos tombes et de vos aîtres familiers, le débarquement, dans une fuite éxigée par une métropole sans entrailles, sur ces mêmes plages où vous lui aviez apporté la générosité de votre attachement jusqu'au sacrifice suprême sous les plis de vos drapeaux"

.Après un temps de repos et de réorganisation, la campagne reprend en direction des Vosges et de l'Alsace. La Trouée de Belfort est forcée le 17 novembre et le Rhin est atteint deux jours plus tard, le 19 novembre. La poche de Colmar est réduite le 9 février 1945.
.....Le 30 mars, la Première Armée française franchit le Rhin en six points, dont celui de Germersheim, au sud de Spire, sous un feu intense. Elle s'empare, le 21 avril de Stuttgart, le 24 d'Ulm et le 26 de Constance. Elle atteint le Voralberg le 8 mai 1945. Au soir de ce même jour, le Général de Latte de Tassigny, sur instruction du Général de Gaulle, signe, au nom de la France, à Berlin, l'acte de capitulation inconditionnelle du Reich allemand.
.....Ainsi, en 8 mois et 23 jours, la Première Armée Française a parcouru 1500 km, de la Méditerranée à l'Autriche. Elle a libéré le tiers du territoire métropolitain. Elle a envahi 80 000 km² de l'Allemagne ; elle a anéanti deux armées allemandes, les 19ème et 24ème armées. Son action victorieuse, la ferveur, les efforts et l'héroïsme de ses soldats ont contribué à redonner à la France son rang de grande puissance.

 

1ère armée Française

1ère Armée Source :http://www.fondationmarechaldelattre.fr/armee.htm

http://www.huffpostmaghreb.com/2014/08/15/story_n_5681268.html

 

Hommage du Président hollande le 15 aout 2014(Extrait)

il était temps!! car les pieds noirs n'ont pas oublié l'accueil du maire de Marseille en 1962....Pourtant Gaston Deferre,membre de la SFIO puis du Parti socialiste, est maire de Marseille d'août 1944 à novembre 1945, puis de mai 1953 à sa mort en 1986.Pauvre homme ..il ne se souvenait plus qu'il avait été maire grace à l'armée d'Afrique qu'il avait remerciée alors!

 

deferre

 

fanion-Monsabert-1944

 Fanion offert au général de Monsabert en remerciement en Aout 1944

 

Posté par Algerazur à 05:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 septembre 2018

La loterie Algérienne-1936

 Remi st andré-CaptureLa loterie Algérienne que nous avons connu date du 15 mars 1936 – premier tirage organisé par M. Rémi Saint André au théâtre Municipal d’Alger.Rattaché d'office à la Direction des Finances, il s'était vu confier une tâche dont ce service ne voulait pas se charger : créer en Algérie une Loterie, concurrente de la Loterie Nationale, le premier tirage devant avoir lieu dans trois mois! Il faudra toutes ses capacités d'invention, connaissances financières, astuces techniques, toute sa force de persuasion devant l'hostilité des financiers eux-mêmes, pour mener à bien cette entreprise. La Loterie Algérienne connaît un grand succès et rapporte au budget de l'Algérie des sommes considérables pour les œuvres sociales. Il en fait une réalisation profitable au pays à plus d'un titre, les élus locaux rivalisant pour que le tirage se fasse sur leur territoire. Il a l'idée de jumeler les tirages, non seulement avec les fêtes (pâques, Noël), mais aussi avec de grandes manifestations historiques, traditionnelles ou sportives, notamment boulistes et aéronautiques, matches de boxe, ce qui, tout en assurant la publicité pour la Loterie, donne un essor particulier au sport en Algérie.

Voir :Remi_St_André_

 

Echo d'Alger 03-1936Loterie-1936

L'écho d'Alger du dimanche 15 mars 1936 ▲

Le second tirage aura lieu à Oran le 30 mai.L'écho d'Alger du dimanche 15 mars 1936

Le billet ci-dessous date de 1881, une autre loterie différente, puisque tirée en France, à Paris.

 

loterie Algerienne-1881

Un article du journal Le petit Stéphanois de 1881 mentionne:

Le comité de la loterie nationale algérienne informe le public que le

Tirage de la loterie aura lieu irrévocablement le jeudi 26 janvier dans la salle du Cirque-d ’Eté, aux Champs-Elysées, à dix heures précises du matin, avec des appareils nouveaux construits spécialement à cet effet par la maison Fichet. Le paiement des lots sera effectué huit jours après la présentation, au siège de la loterie, des billets gagnants.Billet 1937

 

loterie 1937

                                                     Billet 1937

 

 

loterie 1652

 

                                               Noël 1952

 

Posté par Algerazur à 05:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 août 2018

Serge Lama en Algérie

 

 

                    Hammaguir et Serge Lama

 

 

 

Hammaguir

 

 C'est là ,dans le Sahara algérien à proximité de Colomb Béchar,que Serge Lama a éffectué son service militaire jusqu'en décembre 1963.,affecté au standard. Il y a  écrit les chansons de ses futurs premiers disques .

Serge Lama - Wikipédia

Après la seconde guerre mondiale, la France y a établi une base pour tester ses missiles du programme Pierres Précieuses (Agate, Emeraude, Saphir) ainsi que ses fusées sonde Vesta, Véronique. Le 23 décembre 1960, la Société pour l'Etude et la Réalisation d'Engins Ballistiques propose de modifier Saphir en lui ajoutant un troisième étage pour en faire un lanceur de satellite, ce sera Diamant.Cinq ans plus tard, le 26 novembre 1965, Diamant A réussit son premier vol avec succès et place sur orbite le petit satellite technologique Astérix. La France devient la troisième puissance spatiale après la Russie et les Etats-Unis. L'Algérie, qui a acquis son indépendance en 1962, n'est plus un territoire français. La France se voit dans l'obligation de chercher un autre endroit pour ses expérimentations spatiales, ce sera Kourou en Guyane-Française. Le 15 février 1967, Diamant A vole pour la dernière fois coïncidant avec la fermeture du champ de tir d'Hammaguir.

En savoir plus,voir :

http://www.air-cosmos.com/il-y-a-50-ans-la-france-quittait-la-base-d-hammaguir-en-algerie-97203

Les installations de lancement Diamant

Posté par Algerazur à 01:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

05 juillet 2018

Massacre d'Oran-5 juillet 1962

Message reçu  d'un ami........."Honte à ceux qui "oublient".

index



 5 juillet 2018 12:30:55 UTC+02:00

> Il y a aujourd'hui 56 ans, a Oran, dans une Algérie indépendante depuis trois jours ,a eu lieu une effroyable chasse a l'homme et un massacre de Pieds Noirs et de Musulmans pro-français . Les chiffres exacts du nombre de victimes sont difficiles a connaitre. L'estimation " haute " par des oranais présents ou justifiée par la colère a posteriori de la communauté PN a atteint 2 a 3000 morts et blessés.Elle est certainement au-dessus de la réalité. En s'appuyant sur des historiens serieux ,(mais parfois trop pondérés ,comme Jean Monneret ,ou le Général Maurice Faivre ,trés honnete et fiable),on peut penser qu'il y eut entre 5 et 700 morts ou disparus ,ce qui revient au meme,(Sauf qu'on ne peut qu'imaginer avec un frisson d'horreur le sort des personnes "enlevées" ce jour la.....) et plusieurs centaines de blessés. Essentiellement des Européens mais aussi des Musulmans qui avaient été du coté français. Abattus a coups de feu ou lynchés, égorgés,pendus a des crocs de bouchers,femmes violées puis éventrées etc....Une partie de ces actes furent commise par des hordes de civils qui se répandirent dans les quartiers européens ,mais une partie aussi par des militaires en uniforme de l'ALN.
> A la suite des accords d'Evian du 19 mars la bataille avait été féroce entre l'OAS d'une part et l'Armée Française sous les ordres du Général Katz,soutenue par son allié,le FLN.
> En nombre finalement assez faible et malgré le soutien de 95% de la population européenne l'OAS allait perdre,aprés de violents combats.
> L'Armée et les Autorités(?)Civiles ,devant le début de l'exode massif des PN ( qu'inexplicablement le Gouvernement Français n'avait pas prévu) lança sur les ondes et par voie de tracts une campagne pour expliquer aux PN que leur sécurité était garantie par les accords d'Evian et.......par la présence résiduelle de l'Armée......

tract garantie après indépendance


> Or de Gaulle avait déclaré ,a l'issue du Conseil des Ministres du 24 mai 62 a son ministre Alain Peyrefitte (Qui l'a rapporté dans son livre "C'était de Gaulle") :"La France ne doit plus avoir aucune responsabilité dans le maintien de l'ordre aprés l'autodétermination". Et il avait donné aux exécutants de sa politique ,Ministres et Généraux ,des instructions dans ce sens.
>
> La partie de ces hommes présente en Algérie en fut clairement divisée en deux : d'un coté les "Ponce Pilates " sans scrupules de conscience qui allaient se laver les mains de ce qui allait arriver ,associés aux gens d'extreme gauche que DG avait utilisés et aux gaullistes "féroces" ,outrés de ce que l'on ait osé "résister a Dieu "...(On peut y ajouter quelques naifs ,par exemples des "Chretiens de gauche" qui voulurent croire "aux hommes de bonne volonté du FLN,leurs amis ,qu'ils avaient aidés....)et de l'autre coté ceux qui s'étaient résignés a l'indépendance algerienne ou qui tout simplement ne haissaient pas suffisamment les PN pour les laisser massacrer, bref ceux qui sentaient venir les drames et le vivaient mal....
> Il en résulta une invraisemblable confusion dans la politique menée sur le terrain dans cette periode clé de juin et juillet .
> Clairement toutefois l'Armée reçut ordre de n'intervenir que pour se défendre si elle était attaquée , et a proximité de ses casernements ,dont elle devait sortir le moins possible Quelques Officiers ,de tous grades, outrepasserent ces ordres et intervinrent parfois pour sauver des personnes (Ils furent réprimandés par leur hiérarchie ,parfois séverement) Beaucoup ,alertés ,refuserent de bouger.
> A Oran c'est ce qui se produisit.
> Parmi ceux qui désobéirent aux ordres figura un lieutenant musulman de l'Armée , Rabah Kheliff. (Et quelques autres officiers d'autres unités)
> Il a raconté quelques années plus tard sur France Culture: ( Je résume :"Ayant su que des PN et musulmans pro-français étaient ramassésdans Oran et sur les routes pour les executer au "Petit Lac" j'ai télephoné au Secteur ,le commandant adjoint du colonel m'a dit "Kheliff je comprends ce que vous ressentez,faites selon votre conscience,mais...attention! Je ne vous ai rien dit....." Alors avec la moitié de ma compagnie je suis allé devant l'ancienne prefecture ou j'aitrouvé ,en colonnes par trois ou quatre PLUSIEURS CENTAINES de femmes ,enfants et vieillards qu'on s'appretait a embarquer pour une destination inconnue ,sous la garde d'une section du FLN (Pas des civils incontrolés.....) Le prefet Algerien (FLN) était présent ,je l'ai menacé (Tout ça se passait sous son ses yeux....) et nous avons libéré ces gens".
> Kheliff s'étant un peu éloigné fut blessé par des musumans déçus. Et il fut plus tard sanctionné par sa hiérarchie pour avoir agi sans ordre....

Voir lecture du témoignage du lieutenant Rabah Kheliff :Massacre d'Oran 1962 Rabah Kheliff - YouTube


> Le général Katz (Gendarme) qui haissait les PN n'autorisa que trés tardivement des sorties des troupes,quand il était déja trop tard et probablement sous la pression d'officiers du secteur.Il tenta de falsifier son attitude plus tard dans un livre-plaidoyer truffé de mensonges que des historiens serieux ont mis en évidence(Monneret)
> Les "historiens" de gauche ont eux aussi tenté de minimiser ou falsifier ces faits . (L'un d'eux ,C.R.Ageron a écrit que "les Européens et les Musulmans se sont entretués ce jour-la......!").
> Aujourd'hui de nombreux PN, qui se souviennent ,comme moi ,ont attaché a leur balconun chiffon noir en signe de deuil jamais effacé.

Posté par Algerazur à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 juillet 2018

Vision du Sud Algérien en 1925

Jardins_de_Laghouat_1920

Jardins de Laghouat-1920

Le desert....le Sahara

Deux mots autour desquels,se sont cristalisées tant de légendes et groupées tant de passions scientifiques ou politiques,sans que l'opinion publique soit encore bien éclairée par leur définition. " Pays du mirage " écrit M. Demontès,aussi bien pour les auteurs qui en ont disserté doctement,ou avec humour,que pour les touristes dont la curiosité s'est arrêtée à la visite de quelques oasis proches de Biskra.

Que savait on du Desert Algérien,au milieu du 19ème siècle?...Relisez telle page «d'un été au sahara»,écrite en 1853 à Laghouat ou l'auteur,les yeux tournés vers le sud,se perd en rêveries géographiques,imagine des villes mozabites «aussi grandes qu'Alger»,un archipel d'oasis merveilleusement arrosées et fertiles.....Ces rêveries furent celles de la génération des bacheliers du tout début du 20ème siècle.Maint poète leur préféra le Desert aride et inorganisé,pays de fantômes assoifés et de caravanes martyres....En 1925,Laghouat est tout ronronnant d'autocars,dont le moindre mécano a vu Ghardaia ou même Timimoun.

Une visite à Bou Saada,en mars ou avril 1925,laisse l'impression d'un merveilleux climat et donne une idée parfaite des plaines desertiques du sud.On ne peut y arriver qu'en automobile,aussi bien qu'à Laghouat.

-à propos de Laghouat,voir ces documents sur Giacomo Molinari ,architecte constructeur de la mosquée:

Voir ▼

Giacomo_Molinari___Laghouat

LA MOSCHEA MOLINARI A LAGHOUAT

La ville est entourée de 30 à 40000 palmiers et l'aspect qu'ils présentent,du minaret d'une des moquées, est celui d'une mer de verdure.

Enigme encore,cependant,pour la majorité des francais qui ne sait pas que,en 1886,un géographe allemand,Rohlfs,daignait concéder à la France ,le Sahara comme le prolongement logique de l'Algérie....

Source: livres(L'Algérie par Georges Rozet) et documents personnels

Copie_de_p_re_De_FoucauldComment parler du Sahara sans avoir une pensée pour le père Charles De Foucauld

On ne peut qu’être frappé par l’itinéraire de cet homme. Un exemple de résilience après une enfance très éprouvée par les deuils. Une vie d’explorateur en Afrique et de défricheur. Une conversion qui bouleverse peu à peu sa vie, cet homme très volontaire apprenant – difficilement – à « lâcher prise » et à accueillir l’autre. Un prêtre en pays musulman, tout à tous, qui n’a jamais converti personne et dont la vie a une mystérieuse fécondité. Un frère universel pour tous ceux qu’il côtoie dans le désert. Un homme joyeux malgré la misère qu’il partage avec les Algériens de son village

Voir: Charles de Foucauld - Wikipédia

 

Posté par Algerazur à 06:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juin 2018

27 juin 1962- L'Espagne au secours des Pieds noirs abandonnés par la France

27 juin 1962 : deux navires de guerre espagnols sauvent plus d’un millier d’Oranais

Navires espagnols -Oran 1962

Ils attendaient là, assis sur des caisses, entourés de vieilles valises, de ballots, de couffins, quelquefois de petits cadres de bois faits à la main, étouffants dans la chaleur de l’été, espérant un signe, un ordre de dernière minute, quelqu’un qui leur dirait : « Embarquez ! ».

De Gaulle avait donné l’ordre au gouvernement français de ne pas utiliser les navires de guerre pour abréger leur attente et, sur son ordre, le gouvernement avait refusé l’offre de compagnies de navigation étrangères qui souhaitaient apporter leur aide.

Il était allé bien plus loin en demandant aux compagnies de navigation, la Transat, la Compagnie de Navigation Mixte et la Société Générale des Transports Maritimes, de réduire le nombre de rotations hebdomadaires (il y en eut 16 en février, 7 en mars et seulement 3 en avril) afin de ralentir le rapatriement et d’empêcher une arrivée massive de Français d’Algérie.

Les vols d’Air France et Air Algérie étaient également réduits de moitié. Cette politique d’abandon, totalement programmée par le chef de l’État, a coûté des centaines de vies humaines.

Peu lui importait qu’ils soient massacrés sur place, sur les quais.

Fort heureusement et très courageusement, contre les ordres reçus, les commandants de quelques bateaux acceptèrent beaucoup plus de passagers que la limite maximale autorisée. Ainsi le « Jean Laborde» des Messageries Maritimes quittait les quais d’Oran en direction de Marseille avec 1 430 passagers au lieu des 420 autorisés.

Ce fut le cas dans tous les ports d’Algérie avec les « Ville de Bordeaux», « Ville de Tunis», « El Djezair » et surtout le « Kairouan » qui battait tous les records avec plus de 1 900 passagers sur une capacité de 1 172 places.

Le « Cambodge » avait lui une capacité de 440 passagers. Alors qu’une fusillade éclatait sur les quais, faisant plusieurs victimes, le capitaine permettait à 1 233 personnes d’embarquer.

Le « Lafayette » en avait pris 1 200 et le « Kairouan » 2 200.

Les commandants et les équipages de ces bateaux ont eu une conduite exemplaire et patriote, contre les ordres du gouvernement et du chef de l’État et ils ont sauvé des centaines de vies humaines.

Alors que la France abandonnait à la furie sanguinaire du FLN et de l’ALN des milliers de citoyens français, l’Espagne envoyait plusieurs navires civils et deux navires de guerre pour aider le départ des Oranais (il est vrai qu’en 1962 les Martinez, Gomez, Fernandez, Lopez et autres Segura n’étaient que des Français…d’origine espagnole. Ce qui n’était pas le cas lorsqu’ils versaient leur sang pour libérer la France lors des première et seconde guerres mondiales).

Le 27 juin, deux navires de guerre espagnols se présentaient à l’entrée du port d’Oran dans le but de transporter le maximum de Français d’origine espagnole vers la péninsule ainsi que les derniers partisans de l’OAS.

Le général Katz, responsable militaire, sur ordre du gouvernement français, leur interdisait de pénétrer dans le port sous le prétexte absurde « que l’on n’avait pas besoin d’eux ».

Ces deux navires de guerre ont récupéré plus d’un millier de personnes qui avaient réussi à se rendre « par leur propre moyen » à la limite des eaux territoriales.

Des CRS ont voulu monter à bord afin de contrôler les identités mais les capitaines de ces deux navires de guerre leur en ont interdit l’accès : « Vous êtes ici en territoire espagnol ! »

Plusieurs centaines d’Oranais n’ont pas eu la chance de quitter leur ville entre ce 27 juin et le 5 juillet 1962 et ils furent massacrés dans des circonstances abominables.

L’Algérie française c’était fini, de Gaulle l’avait finalement liquidé mais dans quelles conditions ?

Voici l’appréciation que l’ancien ministre résidant de l’Algérie, Robert Lacoste, gouverneur général jusqu’au 13 mai 1958 et député socialiste, donc pas très favorable à la colonisation, a porté sur de Gaulle : « De Gaulle a fini la guerre d’Algérie comme un charcutier ».

Il estimait donc, à juste titre d’ailleurs, que de Gaulle avait du sang sur les mains.

C’est en tous les cas l’interprétation que je me fais de sa déclaration.

Il est vrai qu’il aurait pu tout aussi bien dire : « comme un boucher ». Cela aurait été plus approprié !

Manuel Gomez

PS : Le mardi 17 juillet 1962, 3 400 personnes, qui attendaient sur les quais depuis dix jours, avaient pu enfin embarquer et échapper ainsi à un massacre certain.

Source :http://www.nice-provence.info/blog/2017/06/27/france-pas-sauver-propres-naufrages-rapatries-algerie/#sthash.Ey4OFpeL.gbpl

Exode Oran 1962

Posté par Algerazur à 06:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 juin 2018

Alger 17 Juin 1962..Cessez le feu OAS-FLN

 

Comme ils le font tous les soirs, de nombreux Européens de la capitale écoutent  la radio...

 

mostefai_0

Il est 20 heures 30, ce 17 juin 1962 à Alger. Ceux qui ne sont pas au courant des négociations qui se tramaient depuis plusieurs semaines entendent, stupéfaits, un porte-parole annoncer d’une voix grave:

« Aujourd’hui, 17 juin, à midi, à l’issue d’entretiens auxquels l’OAS a participé, le FLN vient, par la voix de son délégué général, de définir les bases d’un accord entre Algériens. Le haut commandement de l’armée secrète donne l’ordre à partir de ce soir de suspendre les combats et d’arrêter les destructions».
Il avai été seulement convenu que Mostefaï, Susini et Chevallier prendraient la parole officiellement pour se féliciter de la fin des hostilités. Il faudra malgré tout encore plusieurs jours, et une nuit,  pour que Mostefaï accepte de citer le nom de l’OAS dans son allocution. Ce qu’il fera le 17 juin en s’adressant directement aux Européens d’Algérie:
«C’est une page de l’histoire de notre pays que nous allons tourner […] Je sais le désarroi  dans lequel vous êtes. Vous vous posez des questions sur votre avenir dans ce pays. Ces sentiments ont été exprimés   par les dirigeants des organisations syndicales et professionnelles, et en particulier par les dirigeants de l’OAS, avec lesquels nous nous sommes entretenus. Si j’ai participé à ces entretiens, c’est parce que leur utilité  a été reconnue par les dirigeants algériens».

C’est dit! 

«Algériens d’origine européenne, conclut Mostefaï, au nom de tous vos frères algériens, je vous dis, que si vous le voulez, les portes de l’avenir s’ouvrent à vous comme à nous. Que ce soir, que demain cessent les dernières violences, les derniers meurtres, les dernières destructions ».

Le porte-parole de l’OAS lit d’abord deux messages codés, dans le style de Radio-Londres. «Pour le renard des sables et pour le fennec : les briquets ne doivent pas être allumés» (traduction: on ne fait pas sauter les puits de pétrole) et «Les piscines doivent rester pleines» (Ne pas toucher aux barrages).

D’une voix grave il annonce alors que les dirigeants de l’armée secrète ont décidé de suspendre les combats. La guerre d’Algérie est terminée. Et Alger n’a pas brulé.

 Cet accord ne suffira pas à rassurer les Pieds Noirs. Ils n’y croient plus et quittent à jamais l’Algérie. Jean-Jacques Susini partira, lui, à la mi-juillet pour poursuivre une vie de clandestin. Condamné deux fois à mort par contumace, notamment pour avoir commandité l’attentat du Mont Faron contre le général de Gaulle en 1964, il sera amnistié en 1968. Il vit actuellement à Paris.

Le docteur Mostefaï,  à qui on reprochera longtemps ces négociations avec l’OAS, vit entre Paris et Alger. Jacques Chevallier, qui avait choisi la nationalité algérienne, est mort à Alger en 1971.

José-Alain Fralon

Source :http://www.slate.fr/story/57767/guerre-algerie-oas-fin

Pour la petite histoire : Les accords de dernière heure survenus entre JJ Susini(OAS) et le Dr Mostefai(FLN) ont été surnommés "accords de Ben Haroun",par dérision par rapport aux accords d'Evian,trois mois plus tôt.....

Plus de détails ici

- PDF→Accord_OAS_FLN_17_juin_1962_1

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chawki_Mostefa%C3%AF

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Jacques_Susini

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Chevallier

Revoir :  http://algerazur.canalblog.com/archives/2012/06/17/24325562.html

Posté par Algerazur à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 mai 2018

8 Mai 1945 à Guelma

 

guelma001

Aujoud'hui,certains vont surement parler des massacres de Setif et Guelma..le 8 mai 1945.Mais savent ils que le sous prefet Achiary ,chargé de la répression,était né à Tarbes (pas pied noir) et socialiste depuis son plus jeune age!!! Il avait une villa à l'îlot ,à Guyotville,à droite,sur la route de  Ras Acrata,reconnaissable à son crépi au "silexor" de couleur rougeatre.

 André Achiary - Wikipédia

Nous sommes le 8 mai 1945 à Sétif, la journée s'annonce radieuse, la ville est entièrement décorée, les bâtiments officiels ont arboré le grand pavois. Toutes les habitations européennes sont recouvertes d'emblèmes tricolores. Plusieurs manifestations officielles sont prévues, l'après- midi entre autres au stade Eugène Girod, des bals publics sont organisés dans plusieurs quartiers. La population européenne s'apprête à participer à toutes ces manifestations dans la joie, dans l'euphorie....

....http://www.pn-vigilance.fr/malte0041.html

Voir aussi :

Les_massacres_de_Sétif_8_mai_1945_m_Faivre_12___08

Posté par Algerazur à 05:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2018

Le referendum du 8 avril 1962

 

affiche referendum 8 avril 1962

 

Le 14 juin  1960,Le général De gaulle avait dit : 

… toutes, oui toutes les tendances pourront prendre part aux débats qui fixeront les conditions du référendum, à la campagne auprès des électeurs et au contrôle du scrutin … (Allocution télévisée)

Mais.... Le référendum du 8 avril 1962, exclut les personnes vivant en Algérie, y compris militaires et fonctionnaires, pourtant les premiers intéressés, soit 5 millions de citoyens français, électeurs légalement inscrits, non consultés.
Il fallait approuver à tout prix et massivement, les accords d'Évian.

La question posée aux Français était : " Approuvez-vous le projet de loi soumis au peuple français par le président de la République et concernant les accords à établir et les mesures à prendre au sujet de l'Algérie sur la base des déclarations gouvernementales du 19 mars 1962 ? "

 C'est donc une abstention, blancs ou nuls frôlant les 8 millions d'électeurs et 1 809 074 de NON, pour 17 886 423 de OUI soit 64,8 %, des inscrits et 90,8 % des suffrages exprimés.
Malgré l'infernale propagande qui l'a accompagné et l'interdiction faites aux partisans de l'Algérie française de s'expliquer.
On ne retiendra que ce chiffre : 90,8%, en se gardant bien de préciser qu'il ne s'agissait que de la proportion de " OUI " des suffrages exprimés. C'est ce chiffre qu'aujourd'hui, encore, on peut lire et entendre dans tous les medias français et étrangers.
Le 8 avril 1962, ces 17 millions de français qui se sont exprimés représentaient 65 % des voix en faveur de l'indépendance de l'Algérie. Exactement 64,77 %, ce qui est un score " honorable ". Il était inutile d'en rajouter.
Mais lorsqu'on aime le plébiscite, on ne compte pas…
Si l'on prend en compte les quelques 5 millions de personnes empéchés de s'exprimer, le pourcentage de OUI représente 54,8 des inscrits.

Source :http://exode1962.fr/exode1962/accords-evian/referendum080462.html

En savoir plus ici ▼

http://p8.storage.canalblog.com/80/34/281248/63537313.pdf

http://p3.storage.canalblog.com/36/68/281248/63538295.pdf

Posté par Algerazur à 06:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]