Algerazur

18 janvier 2018

Spigol....le safran de Nouz'otres..

 Spigol calendrier

 

Spigol, une affaire de famille !

1876 -L’Aventure commence !

Spigol-magasin Alger

Antoine ESPIG, d'origine espagnole, s'installe à Alger pour importer et commercialiser le safran cultivé en Espagne.

Spigol-boite

1899- Frédéric succède à son père et met au point un nouveau mélange appelé Spigol®, alliance de safran et d'épices nobles pour rehausser les saveurs et la coloration de la paëlla. Contraction de «Espig» et de «Gold», ce nouveau produit très original contenant 3% de safran est également nommé "or rouge". Grâce au « Spigol®», la société connaît un succès immédiat et fulgurant qui dépassera rapidement les frontières de l‘Algérie.

Spigol-fourgon

 

1933-  

 Frederic Espig 

 Frédéric crée une S.A. avec ses 4 enfants, les " Etablissements Espig", et distribue le «Spigol» essentiellement en Algérie, au Maroc, en Tunisie et commence l'export vers l'Espagne et la France.

1962-

Espig Marseille

La famille ESPIG s’installe à Marseille en raison de son ouverture portuaire. Une nouvelle société est créée : Cepasco (Centrale des Epices Assaisonnements et Condiments) commercialisant une large gamme d'épices et de mélanges issus des diverses cultures et origines du monde entier sous la marque ESPIG.

1992/2009-L’entreprise déménage à Gémenos, en plein cœur de la Provence et se dote d’équipements qui lui permettent de valoriser la qualité produit. Spigol obtient sa 1ère certification IFS. Il s’agit d’une certification décernée aux entreprises fournissant des produits sains aux consommateurs, respectant la sécurité alimentaire et répondant à un certain nombre d’exigences d’hygiène.

Spigol-Gemenos

2011- Cepasco diversifie son activité en proposant des flacons en grande distribution, lui permettant de présenter des produits de qualité accessible à tous. C'est alors une centaine de références flacon qui vient enrichir la gamme de sachets et de blisters.

2012- Espig, marque experte reconnue par les professionnels !

Espig renforce sa position de marque de référence pour les professionnels de la restauration grâce à la qualité de ses produits et la diversité de son offre produit (plus de 1000 références) et conditionnement. Un nouveau logo pour Espig pour exprimer l’élégance de la marque, la qualité de ses produits et faire le lien avec son histoire.

2015- Spigol fait peau neuve !

Une nouvelle identité graphique pour la gamme GMS pour une qualité plus assumée ! La société continue, par ailleurs, à se développer en France et à l’export.

Source :https://www.spigol.com/histoire



 

 

 

Posté par Algerazur à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 décembre 2017

L'Hiver de l'exode

  

Hiver 1962 -1

 

hiver 1962-2

 

                                                                                                                                                     Contraste!

                                           Noël 1962

Decembre 1962 fut une grande souffrance pour nos parents déracinés , qui se prolongea tout l'hiver. (Certains ne résistèrent pas au froid! )

Fin décembre: un froid polaire déferle sur toute l'Europe, le réveillon de Noël 1962 est le plus froid du XXéme siècle avec -15° à Bordeaux et -9° à Biarritz. On mesure 1m de neige à Barcelone et 32cm à Marseille. Pratiquement toute la France est paralysée par le froid et la neige; les canaux et rivières gèlent peu à peu, certains fleuves comme le Rhin, le Rhône et la Seine charrient des glaçons à partir de la fin du mois de décembre.
10 janvier 1963: l'air très froid déferle de nouveau sur tout le pays où le gel est pratiquement permanent; on mesure par exemple 35cm de neige à Montpellier et 25cm à Calvi.
19janvier: cette vague de froid se renforce et après de fortes chutes de neige, les températures atteignent pratiquement des niveaux records, on enregistre par exemple -27° à Ambérieu, -26° à Vichy, -23° à Saint-Etienne et Lyon, -18° à Montpellier, -14° à Dinard, -13° à Paris.
19 et 20 Février: de fortes chutes de neige se produisent dans le Nord, puis sur toute la France, on mesure 10 à 20cm en région parisienne. Une banquise se forme même à Dunkerque.
L'hiver 1962-1963 est ainsi le plus long et le plus froid depuis l'hiver 1879-1880.Cette vague de froid aura débuté le 13 novembre 1962 pour se poursuivre jusqu'au 5 ou 6 mars 1963, avec seulement quelques petites interruptions, le sol gèle jusqu'à environ 60cm de profondeur sur la moitié nord du pays.

Source: livre "Quel temps" de Guillaume Sechet

Voir aussi :

hiver 1962 1963

L'exode-Interrogeons les vivants et les morts...

 

Posté par Algerazur à 05:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

02 novembre 2017

Nos sportifs-Heda Frost

           Entr_e_des_groupes_laiques_centre_sportif_

Les groupes laïques(GLEA) Chemin yusuf/Alger

 

Nous nous souvenons tous des « Groupes laïques » oû,nos instituteurs nous emmenaient voir des films muets,lorsque nous étions à l'école primaire.nous allions aussi à la piscine et il m'est arrivé de voir notre championne:heda Frost,s'entraînant.

Rappel:(source:http://glea.alger.free.fr )

NATATION:                       Mr. SORON

Piscine des groupes laiques

                                   Piscine des Groupes laïques


  La section comptait 3  Internationnaux en  Equipe de France : Marc KAMOUN  (9 sélections)   Jacqueline CAMPINCHI  (5 sélections) et Heda FROST(59 sélections) d'autre part, on peut signaler le record de France du relais 4x100m nage libre dames détenu en 1960 par J.CAMPICNI, M. MATHIEU, D.ZENOU et H.FROST.

Heda FROST et Marc KAMOUN furent tous deux séléctionnés aux Jeux Olympiques de Rome en 1960.

 

heda_frost_2

Heda FROST aux CH. de FRANCE 1962

HEDA FROST
monta sur le podium à l'issue du 400 mètres nage libre.

Sur l'éclatante veste portée par la nageuse algéroise se détachèrent sur fond blanc, deux immenses, deux énormes pieds-noirs, que les caméras de Roger Pradines, hypnotisées, ne semblaient pas pouvoir quitter. Hypnotisé aussi, le commentateur, Thierry Rolland, en perdit du coup son latin et même la parole. Il en balbutia:
" eh ben … "

 

Posté par Algerazur à 05:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 octobre 2017

Les débuts de la Presse Algérienne

La presse algérienne fut dans les faits une presse officielle, administrative, civile ou militaire. En janvier 1832, le baron Pichon créa le "Moniteur Algérien". En Juillet 1839 Auguste Bourget fonda l'Akhbar à Alger, et le 5 Octobre 1844, Adolphe Perrier créa "L'Echo d'Oran".(Voir :http://www.cdha.fr/histoire-de-la-presse-en-algerie-lecho-doran)

 AKHBAR

            AKHBAR daté du jeudi 18 avril 1856   (Merci à Guy simon Laborde)

La Seconde République Francaise liberalisa la presse algérienne et de très nombreux journaux firent leur apparition : Abeille de l'Atlas, Le Nador, la Sentinelle Républicaine d'Alger, Courrier de Constantine, Les Deux Frances, Brûlot de la Méditerranée, Gourayah (Bougie), Courrier d'Afrique, L'Algérie, Le Précurseur, L'Afrique Française, L'Etoile d'Afrique, L'Echo de l'Atlas…

La presse algérienne malgré le retour de la censure sous le second empire garda une certaine liberté de ton et d'esprit.

 

Posté par Algerazur à 05:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 octobre 2017

Hammam Meskoutine(Kabylie/suite)

Hamam Meskoutine

 

 132___Hammam_Meskoutine                                              

Hammam Meskoutine

 

Lorsque l'on est à Constantine,il ne faut pas manquer d'aller à Hammam Meskoutine.

Il y a là, des sources d'eau chaudes donnant 90.000 litres  à la minute.Les terrasses formées par les dépots calcaires des eaux sont fort curieuses.Elles n'égalent pas les fameuses terrasses roses de la Nouvelle Zélande,mais donnent l'idée de ce que pouvaient être celles-ci avant l'éruption volcanique dans laquelle elles ont disparu.Hammam Meskoutine jouit, pendant l'hiver,d'un climat très doux et en même temps d'un air fort pur en raison de sa situation au milieu des montagnes.(souce:R; de Bonnand- La france et l'afrique du nord/1912)

Posté par Algerazur à 05:06 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

01 septembre 2017

L'Hôtel Aletti-Palace d'Alger

 Hôtel Aletti

Charlie Chaplin

 

 

 

 

 

 

L’Aletti est une splendeur de l’Art déco et l’un des lieux les plus fascinants d’Alger.

Il fut construit à grands frais et inauguré lors de la célébration du centenaire de la présence coloniale en Algérie, l’été 1930,par Charlie Chaplin. Ce grand palace de classe internationale,où Joséphine Baker,sous lieutenant de l'armée de l'air des Forces Francaises libres(FFL)avait dansé aprés le débarquement Anglo Américain de 1942,appartenait aux frères Aletti (Jacques, Louis et Robert),d’où son nom.

Des personnalités de grand renom ont séjourné dans cette hôtel : Charlie Chaplin (Charlot), Caroline de Monaco, Albert de Monaco, Nelson Mandela, Patrice Lumumba, François Mitterand (quand il était ministre de l'Intérieur de l'Etat français), Jean Claude Brialy (qui a fimé des séquences sour son long métrage "Sur les traces de mon enfance"), Frédéric Mitterand, Ferhat Abbas, Houari Boumediene,Mohamed Khider, Mohamed Boudiaf, Messali Hadj, Fdel Castro, Hassan II, Charles Aznavour, Georges Brassens..…..

L'hôtel Aletti disposait au sous-sol d'une salle de jeux et d'une salle de spectacles, "Le casino municipal", ainsi que d'une salle de cinéma, d'un restaurant, d'un bar, d'un salon de coiffure, de boutiques, d'un cabaret...Il a été rebaptisé Safir en 1984.

Voir aussi→Joseph_Aletti

 

Hôtel Safir

                                            Hôtel Safir (ex Aletti)

                    http://www.algerie-monde.com/hotels/alger/es-safir/

 

 

Posté par Algerazur à 05:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 août 2017

Le théatre des trois baudets-Alger

 Theatre des 3 baudets-Alger

 Le théatre des trois baudet se trouvait rue Mogador, juste à côté des escaliers de la rue Levacher
Ses chansonniers : Pierre-Jean Vaillard, Christian Vebel et Georges Bernardet qui plus tard, poursuivirent à Paris sous le nom des " Deux Ânes ".
Pierre-Jean Vaillard est né à Sète le 12 mars 1918 .
Chansonnier, , auteur d'aphorismes,comédien de théatre et de radio , il a été à l'origine, avec jacques Canetti, de la fondation, en 1943, de ce théatre .
Bloqué ou réfugié à Alger pendant la guerre P.J Vaillard a tenu plusieurs années de suite, avec un autre pied noir Christian Vebel, la scène des Trois Baudets au théâtre Mogador, animant à cette même époque de nombreuses émissions de radio. Le théâtre de 10 heures à Paris devint le rendez des chansonniers d'après guerre. La télévision, disait il, en fermant les yeux, c'est presque aussi bien que la radio.
Il a vécu les 13 dernières années de sa vie à Paris,auprés de sa compagne Martine Arisi (elle même comédienne se produisant au Théatre des deux Anes) en dernier lieu rue Saint Simon à Paris non loin de la maison de Gainsbourg. il est mort le17 février 1988  et repose au cimetière de Montmartre (26e division).

Source :http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre-Jean_Vaillard

          et témoignage de :  Lorette MAZET-BRACHET(demie soeur de Martine Arisi)

 

rvx_brassens1 P.j.Vaillard en compagnie de Georges Brassens

Posté par Algerazur à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 juillet 2017

Lascaux-Tassili N'ajjer

Face à ces gravures rupestres situées à des milliers de kilomètres les unes des autres,ne devons nous pas nous intérroger sur ce que fut le début de l'humanité?
Lascaux                                                                                           
vache_qui_sauteRotonde

Visite virtuelle de la grotte de Lascaux: ▼

http://www.lascaux.culture.fr/#/fr/02_00.xml

Voir aussi:http://whc.unesco.org/fr/list/179

 

Tassili N'Ajjer            

Tassili_17Tassili_18

 Paysage du Tassili n'ajjer ▼

 

Tassili-n-Ajjer3

Voir :http://whc.unesco.org/fr/list/179

 

 

Cité de Sefar(extrait de "Algérie vue du ciel)

Posté par Algerazur à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juin 2017

27 juin 1962- L'Espagne au secours des Pieds noirs abandonnés par la France

27 juin 1962 : deux navires de guerre espagnols sauvent plus d’un millier d’Oranais

Navires espagnols -Oran 1962

Ils attendaient là, assis sur des caisses, entourés de vieilles valises, de ballots, de couffins, quelquefois de petits cadres de bois faits à la main, étouffants dans la chaleur de l’été, espérant un signe, un ordre de dernière minute, quelqu’un qui leur dirait : « Embarquez ! ».

De Gaulle avait donné l’ordre au gouvernement français de ne pas utiliser les navires de guerre pour abréger leur attente et, sur son ordre, le gouvernement avait refusé l’offre de compagnies de navigation étrangères qui souhaitaient apporter leur aide.

Il était allé bien plus loin en demandant aux compagnies de navigation, la Transat, la Compagnie de Navigation Mixte et la Société Générale des Transports Maritimes, de réduire le nombre de rotations hebdomadaires (il y en eut 16 en février, 7 en mars et seulement 3 en avril) afin de ralentir le rapatriement et d’empêcher une arrivée massive de Français d’Algérie.

Les vols d’Air France et Air Algérie étaient également réduits de moitié. Cette politique d’abandon, totalement programmée par le chef de l’État, a coûté des centaines de vies humaines.

Peu lui importait qu’ils soient massacrés sur place, sur les quais.

Fort heureusement et très courageusement, contre les ordres reçus, les commandants de quelques bateaux acceptèrent beaucoup plus de passagers que la limite maximale autorisée. Ainsi le « Jean Laborde» des Messageries Maritimes quittait les quais d’Oran en direction de Marseille avec 1 430 passagers au lieu des 420 autorisés.

Ce fut le cas dans tous les ports d’Algérie avec les « Ville de Bordeaux», « Ville de Tunis», « El Djezair » et surtout le « Kairouan » qui battait tous les records avec plus de 1 900 passagers sur une capacité de 1 172 places.

Le « Cambodge » avait lui une capacité de 440 passagers. Alors qu’une fusillade éclatait sur les quais, faisant plusieurs victimes, le capitaine permettait à 1 233 personnes d’embarquer.

Le « Lafayette » en avait pris 1 200 et le « Kairouan » 2 200.

Les commandants et les équipages de ces bateaux ont eu une conduite exemplaire et patriote, contre les ordres du gouvernement et du chef de l’État et ils ont sauvé des centaines de vies humaines.

Alors que la France abandonnait à la furie sanguinaire du FLN et de l’ALN des milliers de citoyens français, l’Espagne envoyait plusieurs navires civils et deux navires de guerre pour aider le départ des Oranais (il est vrai qu’en 1962 les Martinez, Gomez, Fernandez, Lopez et autres Segura n’étaient que des Français…d’origine espagnole. Ce qui n’était pas le cas lorsqu’ils versaient leur sang pour libérer la France lors des première et seconde guerres mondiales).

Le 27 juin, deux navires de guerre espagnols se présentaient à l’entrée du port d’Oran dans le but de transporter le maximum de Français d’origine espagnole vers la péninsule ainsi que les derniers partisans de l’OAS.

Le général Katz, responsable militaire, sur ordre du gouvernement français, leur interdisait de pénétrer dans le port sous le prétexte absurde « que l’on n’avait pas besoin d’eux ».

Ces deux navires de guerre ont récupéré plus d’un millier de personnes qui avaient réussi à se rendre « par leur propre moyen » à la limite des eaux territoriales.

Des CRS ont voulu monter à bord afin de contrôler les identités mais les capitaines de ces deux navires de guerre leur en ont interdit l’accès : « Vous êtes ici en territoire espagnol ! »

Plusieurs centaines d’Oranais n’ont pas eu la chance de quitter leur ville entre ce 27 juin et le 5 juillet 1962 et ils furent massacrés dans des circonstances abominables.

L’Algérie française c’était fini, de Gaulle l’avait finalement liquidé mais dans quelles conditions ?

Voici l’appréciation que l’ancien ministre résidant de l’Algérie, Robert Lacoste, gouverneur général jusqu’au 13 mai 1958 et député socialiste, donc pas très favorable à la colonisation, a porté sur de Gaulle : « De Gaulle a fini la guerre d’Algérie comme un charcutier ».

Il estimait donc, à juste titre d’ailleurs, que de Gaulle avait du sang sur les mains.

C’est en tous les cas l’interprétation que je me fais de sa déclaration.

Il est vrai qu’il aurait pu tout aussi bien dire : « comme un boucher ». Cela aurait été plus approprié !

Manuel Gomez

PS : Le mardi 17 juillet 1962, 3 400 personnes, qui attendaient sur les quais depuis dix jours, avaient pu enfin embarquer et échapper ainsi à un massacre certain.

Source :http://www.nice-provence.info/blog/2017/06/27/france-pas-sauver-propres-naufrages-rapatries-algerie/#sthash.Ey4OFpeL.gbpl

Exode Oran 1962

Posté par Algerazur à 07:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]